Vu, Lu, Entendu...

20/11/2018

Le film "La tête dans les nuages" couronné au Festival Regards Croisés




Le film "La tête dans les nuages" couronné au Festival Regards Croisés

5 mn d'émotion pure. Le court-métrage réalisé par nos amis Patrick Lebreton et Clovis Gicquel exprime une telle force poétique, par le texte et les images de Patrick et le montage de Clovis, qu'une récompense ne pouvait lui échapper samedi 17 novembre au Festival Regards Croisés  à Saint-Malo. En l'occurrence, il a obtenu deux prix : celui du jury présidé par Stéphane Brizé dans la catégorie "Autres regards du milieu protégé et adapté" et celui du jury jeunes. 
 



JE RÊVE, JE RÊVE, QU'UN NOUVEAU JOUR SE LÈVE
 
En remerciant les deux jurys et le public, Patrick Lebreton a dit ce poème aux accents très politiques, le genre qu'il préfère.
 
En panne dans les nuages
Tel était mon sentiment 
du moment !

Individualismes sclérosés !
Société uniformisée !
Toujours plus de gens sur le côté !
Seuls les différences 
font que l'on avance !

Gens formatés, apeurés !
Exclusions banalisées !
Les maladies psy
vues d'un mauvais esprit !

Vivons nous dans un monde civilisé ?

Nous ne sommes riches 
qu'à travers nos pensées
Et là, pas de triche !
Le Q.I. baisse,
c'est la première fois 
que notre espèce régresse

Et là, on voit que c'est un peu la tristesse!

Alors, alors, aujourd'hui je rêve, je rêve,
j'ai la tête dans les nuages
car à travers ce court-métrage
vous m'avez suivi dans mon voyage

Je rêve, je rêve,
qu'un nouveau jour se lève,
où tous nos films seraient gagnants
pour une société nous intégrant
que l'on écarte pas nos talents.

Merci Regards Croisés,
Merci, grâce à vous, nous pouvons librement nous exprimer,
car le handicap n'empêche pas le talent
et comme dit aussi le slogan 
de mon esat et de l'association Sévigné :
le talent n'a pas de handicap

La différence fait peur !
Alors pour retrouver le bonheur,
il nous faut sans cesse expliquer,
dialoguer, pour ouvrir les portes fermées !

Rêvons d'un lendemain
où il y aurait une place pour chacun,
dans un monde plus sain et plus humain.
Et c'est ce que nous faisons tous ici réunis
Pour Regards Croisés, souhaitons lui une longue vie,
car nos batailles d'aujourd'hui 
feront nos victoires de demain !

 
Alors, encore merci, à vous pour ce moment de partage
Et n'oubliez pas : rêvez, rêvez
pour changer les clichés et avancer.
Gardez un coin de votre tête,  dans les nuages...



Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Montez !

Sitôt passée la station Europe, les cars Macron ont pris la route pour aller ramasser les élus de droite et du centre inquiets pour leur siège à neuf mois des élections municipales. Allez, montez ! Et hop, 72 politiciens ont grimpé, regardés l'œil mauvais par leurs rivaux plus rapides qu'eux en macronie. Celle-ci est plus que jamais un hall de gare où se croisent tous les ex : ex-gaullistes, ex-chiraquiens, ex-giscardiens, ex-radicaux, ex-socialistes, ex-mitterrandiens, ex-rocardiens, ex-Verts... Un parti d'ex, centriste, ou plutôt excentrique, qui roule en zigzag,  jusqu'ici à droite, maintenant soudain à gauche."Le capitalisme est devenu fou", a lancé mardi le Président en stigmatisant la "captation des richesses par quelques-uns". Une seconde, on a cru qu'il allait entonner Debout, les damnés de la terre  et rétablir l'impôt sur la fortune pour les gros actionnaires. Mais non. Dans le car, les 72 élus de droite sont rassurés. Ils peuvent même se réjouir : ce coup de volant à gauche peut aider à ravir des villes aux socialistes.

​Michel Rouger

13/06/2019

Nono