Vu, Lu, Entendu...

30/05/2019

Le film "L'Appel à la danse" : le métissage de la tradition et de la modernité



l__appel.mp3 L'Appel.mp3  (2.58 Mo)

« L'idée, c'est "comment, dans un contexte mondialisé, la danse traditionnelle rencontre la modernité" », nous déclarait Pierre Durosoy, l'un des membres de l'équipe de réalisation dans ce portrait publié il y a trois ans. Le documentaire "L'Appel à la danse" qui vient de sortir sur les écrans, illustre à merveille l' « hybridation culturelle » à l'œuvre dans le monde, comme il disait aussi. Pour Diane Fardoun et son équipe, le film doit être d'ailleurs le premier d'une série.

Réalisé au Sénégal, "L'Appel à la danse", explique ses auteurs, « propose des portraits intimes d’individus qui nous livrent leur raison de danser dans des situations aux antipodes. L’expression du corps et sa place dans la société reflète un certain état du monde. Nous proposons un certain regard immersif dans la culture sénégalaise, à travers la danse, la musique, la spiritualité et la convivialité. A travers une succession d’histoires , cette série a pour objectif de capturer la beauté des moments dansés au coeur de l’action afin de révéler cet instant précieux où le basculement de la conscience laisse place à l’instinct, à l’identité, aux revendications, aux traditions, à l’évasion…  Quelle est la source de cette force qui met l’humain en mouvement ? Et tout simplement, pourquoi les gens dansent ? »

Le festival Etonnants Voyageurs a programmé "L'Appel à la danse le lundi 10 juin à 14 h au cinéma Le Vauban.

DEUX INTERVIEWS DE LA RÉALISATRICE, DIANE FARDOUN
 
• En vidéos, sur le site L'art contemporain d'Afrique et des diasporas

• Sur A nous Paris

 




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique
1 2 3 4 5 » ... 14






Le billet de la semaine

​Essentiel


Les commerces "non essentiels" vont rouvrir samedi, c'est l'essentiel. Qui donc d'ailleurs, dont le boulot est sûrement essentiel, a bien pu estimer que vendre un livre est moins essentiel que de vendre un whisky ? La question est d'autant plus grave qu'essentiel renvoie à essence et sans essence on n'avance plus, c'est la panne. L'essence humaine on veut dire, la conscience d'être. En quelque sorte, je vends donc je suis, quand je ne vends plus, je ne suis plus. Ou j'achète donc je suis. Ou... Etc. Toute cette histoire d'urgence sanitaire nous emmène décidément dans des questions vraiment essentielles. Par exemple, peut-on "être" sans être libre ? Non ? Alors il faut descendre dans la rue contre la nouvelle loi qui réduit un peu plus les libertés. Et résister au Black Friday. Comme au virus qui entrave aussi nos libertés, tue même parfois. Que de dilemmes en cette fin 2020 ! Voilà qui ferait une belle discussion, dans une franche amitié, autour d'un demi. Mais le bar reste fermé. Pas essentiel, qu'ils disent.

Michel Rouger
vocal_001_14.mp3 Vocal 001.mp3  (563.39 Ko)


26/11/2020

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires