27/11/2019

La revue L’handispensable s’arrête



l__h.mp3 L'H.mp3  (1.06 Mo)

La revue L’handispensable, partenaire d'Histoires Ordinaires, est contrainte de s'arrêter et nous partageons la tristesse de Georges et Léopold Grard, directeur et rédacteur en chef. 

« Voilà, c’est fini…, expliquent-ils notamment. Trop de temps consacré, trop d’énergie dépensée, pas viable financièrement. Nous n’avons jamais pu payer nos contributeurs ! Nous jetons l’éponge après un combat de presque six ans (et 23 numéros !). Aucun regret ! Nous avons réalisé un rêve. Pas de remords ! Nous avons fait ce que nous voulions (et plutôt bien !).

Sarkozy a abaissé la France, Hollande l’a apaisée et Macron l’a lésée. Son libéralisme sans frein et à tout crin, est, à nos yeux, anachronique dans un monde où il faut du courage politique pour sauver la planète, rééquilibrer les richesses, s’intéresser réellement à l’autre, le différent…

Nous ne remercions pas les médias qui n’ont jamais fait état de « L’handispensable » (Seul Philippe Crozon a fait référence à notre magazine sur France 5 !), nous ne remercions pas les grosses associations qui gèrent leur pré-carré avec un appétit d’ogre, nous ne remercions pas les entreprises hormis Synergie, la Mutuelle Intégrance qui nous ont soutenus durant 5 ans.

Oui, c’était ambitieux de proposer un magazine différent, ouvert sur l’autre, curieux, indépendant, culturel mais grand public, qui parle le plus souvent d’anonymes qui se battent pour la réussite d’un projet ou d’une vie, de sortir des sentiers (re-)battus, de parler de tous les handicaps et de le revendiquer, d’assumer une liberté de ton et un regard bienveillant.

Six ans ! Ce fut des découvertes surprenantes, des rencontres magnifiques qui, assurément, nous ont fait grandir. Un grand MERCI à tous-tes les « portraitiisés-es », à ceux et celles qui se battent pour innover, pour améliorer le quotidien, à ceux et celles dont les initiatives ou les évènements ont un sens, celui de la fête et du "vivre ensemble" ». 

A RELIRE SUR HISTOIRES ORDINAIRES



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique
1 2 3 4 5 » ... 17






Le billet de la semaine

Dimanche soir


Ainsi, avançant l’été d’une journée, le gouvernement nous permet de fêter jusqu’au bout de la nuit le dimanche électoral. A quatre jours du scrutin, cette largesse ne peut que ravigoter les candidats Marcheurs qui ont dû mal à masquer leur gêne devant le mauvais coup porté à la Loi Molac et à diverses volontés populaires. Elle devrait permettre aussi aux présidents, secrétaires et assesseurs des bureaux de vote de célébrer autour d’un pot bien mérité un engagement citoyen qui fait bien défaut à chaque rendez-vous électoral. Car la démocratie, frappée par l'abstention, pourrait bien, elle, ne pas être à la fête dimanche soir. 

Michel Rouger
20210617_dimanche_soir.mp3 20210617 dimanche soir.mp3  (787.06 Ko)


17/06/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires