Le billet

15/08/2013

La rencontre



L'été, la saison des rencontres. Le plus souvent, elles surviennent dans cet entre-soi si savamment cultivé. Et puis, soudain, une chômeuse et un Président. C'était le 6 août, en Vendée. Nathalie Michaud a saisi à deux mains son courage ordinaire de chômeuse longue durée, elle a contourné la sécurité et pu parler  à François Hollande. Il a paru gêné, a dit deux mots, s'est esquivé. Les médias se sont emballés.... puis sont repartis couvrir les châteaux de sable. Mais le Président ne va sans doute pas oublier de sitôt le visage et les mots de Nathalie Michaud. Il faudrait maintenant que d'autres Nathalie interpellent ainsi les ministres et leurs conseillers, les leaders du patronat et les experts. Alors, dans les couloirs des palais officiels : « Il m'a dit qu'il vivait avec 500 € par mois ! » « Ça fait trois ans qu'elle cherche et elle n'est pas fainéante ! » « Il faut vraiment faire quelque chose... »
 
Michel Rouger



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires