Le billet

25/06/2014

La lutte, notre patrimoine



Les cheminots, les intermittents, les aiguilleurs du ciel, les agriculteurs, les inspecteurs du permis de conduire, les marins de la SNCM, les avocats... Pas étonnant que la France soit championne du monde du tourisme. La planète entière tient à découvrir l'un des piliers de notre patrimoine immatériel :  la lutte. Généralement, mieux vaut venir en fin d'année découvrir nos « automnes chauds », ou bien en mai. Cette année, le festival s'est heureusement déplacé en début d'été vu que beaucoup de Festivals des autres arts vivants sont en rideau. Il ne faut pas en rire. Les choses sont sérieuses. Mais les cheminots, artistes, aiguilleurs, agriculteurs, inspecteurs, marins ou avocats anglais, italiens, espagnols, cubains, burkinabés ou somaliens ont sans doute aussi bien des soucis. Alors, pourquoi la France dont on vante tant l'art de vivre ? Mais justement. La lutte ? Un art de vivre. 

Michel Rouger




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires