Moyen-Orient

La longue marche des démocrates marocains


29/03/2011

Le vent de liberté souffle aussi au Maroc. Sans révolution - personne ne demande le départ du roi ! - mais fermement. Depuis six semaines, de défilés en sit-in, des milliers de manifestants réclament une monarchie parlementaire. Ainsi Abdelali Atif à Marrakech.




La manifestation de Rabat le 20 mars

Depuis le 20 février, à Marrakech, il est de tous les sit-in, défilés, rassemblements. Adlelali Atif, 52 ans, professeur d'informatique et fervent démocrate depuis des années, vit aujourd'hui une nouvelle jeunesse. D'emblée, il a mis son expérience de vieux militant du Parti socialiste unifié au service de ces jeunes qui veulent changer la politique. Joint au téléphone, il témoigne et en même temps analyse le tournant en cours.

«Toutes les conditions étaient réunies», dit-il.  Le «printemps arabe » apparu en Tunisie puis en Egypte ne pouvait que s'étendre au Maroc où le «ras le bol des jeunes »  était patent : visible depuis des années dans les actions des jeunes diplômés au chômage ou dans l'abstention aux élections. 

Le militant des Droits Humains Abdelhamid Amine.
Le militant des Droits Humains Abdelhamid Amine.

Après les espoirs, le "modèle" tunisien

Le Maroc, en fait, a gâché les occasions. Le militant de gauche se souvient des espoirs surgis en 1996 quand le roi Hassan II a ouvert son régime de fer, passé un compromis avec l'opposition, libéré des prisonniers politiques, accepté une certaine liberté d'expression. Le vent d'ouverture s'est renforcé  à l'automne 1999 quand Mohamed VI est monté sur le trône. « Il a dit "Je vais assainir la situation",  Il y a eu un élan de changement. Ça a duré trois ans.»

En 2003, la démission du Premier ministre socialiste Youssoufi provoque un changement de cap. Mohamed VI préfère désormais des technocrates. « Les conseillers du roi, emmenés par son ami Himma ont opté pour le modèle tunisien », accuse Abdelali Atif.  Les attentats islamistes de Casablanca, la même année, leur donnent un argument supplémentaire : « Cela leur a servi de prétexte comme à chaque fois qu'on demande plus de démocratie, alors que deux millions de personnes ont manifesté contre les attentats.» 

Les "amis" du roi

Ce Fouad Ali El Himma, souvent épinglé aujourd'hui sur les banderoles, peut entreprendre son opération : créer un parti unique fort. Ce qu'il fait en 2008 avec le PAM, le "Parti Authenticité et Modernité" qui, dès les élections suivantes, en 2009, s'affirme comme le premier parti marocain. 

Ce qui est surtout authentique, et peu moderne, c'est l'affairisme qui prospère alors de plus belle autour du roi. « Les "amis" du roi ont occupé, étouffé le champ politique et le champ économique, poursuit Abdelali Atif : le droit, la liberté d'expression ont reculé, des journaux ont été condamnés, certains ont fermé; pour les entrepreneurs, la concurrence a été faussée, des maffiosi sont apparus... Avec les inégalités qui s'aggravent, une classe qui s'enrichit pendant que la pauvreté augmente, les ruraux qui viennent en ville, etc., cela fait beaucoup de choses accumulées...» 

A Rabat, le 20 mars
A Rabat, le 20 mars

Des islamistes peu nombreux

Toutes ces frustrations de la société, ce sont les jeunes, «délaissés par les partis traditionnels », qui se sont chargés de les porter le 20 février. « Au début,  le roi et les partis se sont dits "on va voir jusqu'où ça va aller." Les défilés ont été pacifiques. On s'attendait, vu tout ce qui se dit dans les médias, que les islamistes seraient nombreux et organisés, on a été surpris, ils étaient vraiment très minoritaires.
 
Ici à Marrakech, on est sorti cinq heures, nous étions autour de 5 000 ; tout s'est bien passé, sauf à la fin quand des casseurs en mobylettes sont arrivés par le boulevard Mohamed V. Les enquêtes ont montré qu'ils étaient envoyés par des maffieux: ils ont attaqué un commissariat et brûlé les dossiers compromettants.»

Les marches et sit-in organisés ensuite chaque week-end dans toutes les villes du Maroc ont échauffé les autorités qui ont décidé de réprimer. Mais le roi n'a pas suivi jusqu'au bout « les factions qui profitent du système» autour de lui. « Il a donné des consignes pour que la police reste discrète le 20 mars et c'est vrai, qu'il n'y a eu aucun incident dans tout le pays, malgré plus de monde encore.» 

« Pas de démocratie "à la marocaine" »

Le 20 mars, le mouvement a aussi évolué. Les jeunes apolitiques qui l'avaient lancé un mois plus tôt, ont été rejoints par les syndicats et les partis. « Les revendications sont aussi plus claires, les slogans plus précis.» Une expression court aujourd'hui le Maroc qui résume tout : monarchie parlementaire. Le roi a fait quelques pas dans son discours du 9 mars mais il va devoir faire plus.

« Je crois que le roi est intelligent, il voit l'intérêt de la monarchie, mais son discours du 9 mars est resté flou. Le roi reste le garant de la continuité, le symbole du pays mais tout ce qui est gestion économique, politique, sociale etc, doit revenir à un gouvernement responsable sanctionné par les élections.»

Aux yeux des manifestants comme Abdelali Atif, il n'y a pas à tourner autour du pot: « Il n'y a pas de démocratie à la marocaine, à l'orientale. Il y a la Démocratie. La monarchie parlementaire, c'est la monarchie parlementaire.» Le roi du Maroc restera "Commandeur des Croyants", point.
 

Les militaires aussi
Les militaires aussi

« Dangereux »

« Il faut une rupture, les jeunes sont clairs, poursuit leur aîné; ils ne sont pas dans l'idéologie comme dans les années 70, ils sont pragmatiques, concrets, rapides pendant que les partis discutent. Aujourd'hui au Maroc, 70% de la population a moins de 35 ans. Toute cette jeunesse a internet, voit ce qui se passe ailleurs, veut vivre son époque. 

« Nos amis occdentaux doivent comprendre que la société marocaine a changé. Ce n'est pas la société de la colonisation, des années 60, des indigènes. La rue demande une rupture. C'est un moment historique. Les politiciens marocains prennent encore ça comme un phénomène qui va passer. "On va faire des petits débats le temps que ça se passe". C'est dangereux. 

Aujourd'hui, la situation est maitrisable, demain, je n'en sais rien. Les jeunes sont impatients, ils veulent du concret. Tout est possible. Nous, on a accompagné les jeunes avec notre expérience, la maturité mais ils peuvent vite aller dans les extrêmes. Si on n'était pas là, il y a longtemps que certains auraient dit "Mohamed VI, dégage". On a commencé à la voir sur Facebook."»

Abdelali Atif sera de nouveau dans la rue le week-end prochain. Et sûrement le week-end suivant...

Recueilli par Michel ROUGER.
 
Photos Christine QUINEL.




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Coucou

« Je suis là ! » François Hollande, le retour. Un bon quart d'heure sur France 2 mardi pour confondre ses détracteurs. Comme Nicolas Sarkozy, accueilli par TF1 le 22 mars pour vilipender ses accusateurs. Comme Emmanuel Macron, reçu ce 12 avril aussi sur TF1 par JPP, le passe plats du terroir, pour enrayer la protestation sociale. Les télés de la V° République aiment beaucoup servir sur leurs plateaux les plans com' des présidents... Donc François Hollande est de nouveau là, entre les deux autres. Il nous fait de grands signes. Il existe. Il a même noirci 288 pages sur « Les leçons du pouvoir ». Des leçons pour son successeur. pas pour lui. Des leçons pour nous. Dont une, vieille comme le monde mais prodigieusement confirmée  : un leader politique, eût-il laissé en ruines le parti qui lui avait offert la victoire et tous les pouvoirs, eût-il été le plus impopulaire des présidents, ne se rend jamais. Même pas à l'évidence. 

Michel Rouger

11/04/2018

Nono