Le billet

04/08/2011

La Ligue 1 prend un goût de Qatar



Les affaires sérieuses reprennent. Il était temps car on commençait à s'ennuyer. La crise de l'euro nous passe au-dessus de la tête. La Lybie et la Syrie sombrent dans la routine. Quant à la Somalie, un pays sans Etat depuis plus de 20 ans, abandonnée aux milices islamistes, on ne sait plus trop quoi faire pour elle.
Donc, la Ligue 1 redémarre samedi. L'événement, c'est l'arrivée du Qatar dans le championnat de France de football. La chaîne Al Jaziira contribue à maintenir la manne financière des droits télé à un bon niveau, tandis que le prince héritier de l'émirat met la main sur le PSG. Doté de moyens colossaux qui le placent au niveau du gratin européen, le club de la capitale fait exploser le marché des transferts. Il vient de dépenser plus de 80 millions d"euros, dont la moitié pour un seul joueur!
Voilà au moins un dossier qu'aura réussi notre président, à la condition que le PSG gagne le championnat. L'émirat répond toujours présent à un ami dans le besoin. Il était déjà intervenu dans le dossier des infirmières bulgares. On se demande pourquoi il n'a pas encore commandé d'avions Rafale ni de centrales nucléaires.
Alain THOMAS



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires