Vu, Lu, Entendu...

14/09/2017

L'Assemblée : sortie du film de Mariana Otero sur Nuit Debout




L'Assemblée : sortie du film de Mariana Otero sur Nuit Debout
Depuis sa sortie officielle le 18 octobre, L'Assemblée, le film de Mariana Otero sur Nuit Debout, poursuit ses soirées -débats à travers la France : on peut en connaître les dates et les lieux sur le site du film.

Histoires Ordinaires, dans un article de mars 2017, avait présenté le projet de Mariana Otero en relayant l'opération de financement participatif qui a aidé à la naissance du film. Le voici donc et Mariana Otero souligne ce qu'il doit être : un "outil" :  "J’espère, dit-elle, qu’il servira au plus grand nombre !" L'Assemblée, rappelle-t-elle, "raconte comment cette incroyable assemblée de Nuit debout a pris forme, comment elle a permis à des citoyen-ne-s de reprendre la parole et combien son organisation et son fonctionnement ont posé de questions." 
 




1.Posté par LE HERISSE le 15/09/2017 10:13
Le film sera en avant-première lundi prochain à 20h au TNB avec la présence de Mariana OTERO.

Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono