Vu, Lu, Entendu...

03/10/2019

Jai Jagat, la longue marche pour la paix : c'est parti !


Le 2 octobre est partie de New-Delhi, en Inde, la marche de 10 000 km à travers 17 pays dont l'arrivée est prévue le 25 septembre 2020 à Genève, à l’occasion de la Journée internationale de la paix. Retour sur les initiateurs de la marche : le mouvement Ekta Parishad de l'indien Rajagopal.



A plus de 70 ans, l’Indien Rajagopal est un habitué des grandes marches. C’est une méthode qu'il utilise depuis la création en 1991 du mouvement Ekta Parishad, qu’on peut comparer au mouvement des sans terres au Brésil. Les victimes d’oppression, les pauvres, les sans terres, y apprennent à résoudre leurs problèmes par eux-mêmes, en se formant aux méthodes non violentes.

Présent dans une dizaine d’Etats indiens, il compte trois millions de membres – paysans, Dalits, autochtones… Les marches de 2007 et 2012, à l'image de la marche du sel organisée par Gandhi, rassemblent jusqu’à 100 000 personnes, obligeant les politiques à s'engager sur des réformes agraires, en partie, réalisées aujourd'hui. Mais le mouvement déchante à partir de 2014. Les promesses tombent à l'eau. Le gouvernement en place dit qu'il ne peut rien faire pour cause de problème avec le Fonds monétaire international, la Banque mondiale, les contrats passés avec les multinationales et autres…. Le mouvement Ekta Parishad prend conscience que les revendications doivent dépasser les frontières de l'Inde. La prochaine Marche devra être internationale. C'est Jai Jagat, destination Genève, avec en tête les 17 objectifs de développement durable adoptés par l'ONU en 2015. Sur les 17 points, des priorités : la non-violence et la paix, la réduction de la pauvreté, l’inclusion sociale et l’égalité de genres, la durabilité écologique et le changement climatique. 
marche_1.mp3 Marche.mp3  (3.17 Mo)


Jai Jagat, la longue marche pour la paix : c'est parti !





1.Posté par boukhers le 08/10/2019 22:12
Je souhaite commencer a marcher a partir de Azerbaidjan comment s'inscrir ? merci de m informer

Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Marché colonial

Toi, viens, toi dehors... Sur les bords de la Méditerranée, une nouvelle place du marché est née. Des femmes et des hommes épuisés par un horrible voyage attendent. Des fonctionnaires français passent, s'arrêtent, choisissent : ils font leur marché selon les besoins en main d'œuvre décrétés par le gouvernement. Jadis la France est allée coloniser et spolier l'Afrique. Puis les Total, Bolloré et consorts ont continué à piller ses ressources en soutenant des dirigeants corrompus. Aujourd'hui, en renouant avec les « quotas » des années 30, l'ancienne puissance coloniale pille ouvertement le savoir-faire des pays africains, ce qui va les enfoncer un peu plus. Après les ingénieurs et médecins par milliers, les ouvriers qualifiés. Mais il y a là du matériel électoral pas cher et payant. Créer ces quotas suggère que les immigrés nous envahissent. Durcir l'aide médicale insinue qu'ils abusent. C'est faux, ignoble, mais ça éclipse les retraites, urgences ou assurance chômage. Et en faisant de nouveau du Sarkozy, qui prônait les quotas en 2008, Macron met la droite au supplice : « Nous aussi, on nous pille ! » C'est ça le pire.

Michel Rouger

08/11/2019

Nono












Partenaires