Livres

Ils créent une librairie de l’économie sociale


14/09/2018

Trouver une librairie à Bécherel, village médiéval perché sur une colline à 30 kilomètres de Rennes ne surprendra personne, c’est une particularité reconnue de ce village. Mais y trouver une librairie associative entièrement consacrée à l’Economie Sociale et Solidaire est plus surprenant. La librairie « des idées et des livres » est une des seules de ce type en France et la seule en Bretagne.




librairie_es.mp3 Librairie ES.mp3  (11.1 Mo)


De g. à d. Yves Cariou, Laurent Prieur, Gael Hélary
De g. à d. Yves Cariou, Laurent Prieur, Gael Hélary
Ils étaient six au lancement de la réflexion en 2010. Nous avons rencontré trois d’entre eux, Yves Cariou, consultant dans le milieu coopératif, Laurent Prieur, développeur dans le milieu de l’Economie Sociale et Solidaire et Gael Hélary accompagnateur à la création d’entreprises de l’ESS.

C’est lui, Gaël, le point de départ. Il disposait d’un local à Bécherel avec l’intention d’y créer une maison d’édition, un projet difficile à viabiliser à l’époque. C’est en discutant autour d’un pot que l’idée a germé, « un local disponible à Bécherel, la cité du livre, pourquoi ne pas y créer une librairie de l’économie sociale, on en trouve nulle part ailleurs », constate t-il. Une idée d’autant plus importante pour eux qu’ils se sont tous formés grâce aux livres, « la formation continue et permanente ». Ainsi Gaël n’avait qu’un CAP de mécanique, Laurent, un BTS électrotechnique, seul Yves pouvait se prévaloir d’un diplôme d’ingénieur. Mais ils sont unanimes pour dire : « On s’est tous construit par le livre ».

Pause café
Pause café

Diffuser les valeurs de L’Economie sociale pour contribuer à la transformation sociale

Si l’idée a germé en 2010, elle a mûri en 2011. « Nous voulions créer une librairie, c’est-à-dire un outil à vocation économique, pas une bibliothèque ». Ils l’ont inscrit dans les statuts déposés en février 2012. « Nous nous sommes même inspirés de Jean-Baptiste Godin pour écrire nos statuts et organiser la gouvernance ». Une belle référence : Jean-Baptiste Godin est ce patron qui a transformé à la fin du 19ᵉ siècle, l’entreprise qu’il dirigeait en coopérative et l’a transmise à ses salariés. Il est considéré comme l’un des précurseurs de l’économie sociale en France (1).

« Le coopératif est au cœur de notre projet », insiste Yves. Un autre point a fait l’objet de débat avant d’être inscrit dans les statuts : « L’association ne s’interdit pas de réaliser son objet dans un cadre épicurien, festif et convivial. » En effet, la transformation sociale prônée par les acteurs de l’économie sociale est, certes parfois complexe mais ne doit pas être triste. Ils se sont d’ailleurs mis d’accord autour d’une bouteille de clairette « produite par une coopérative de Die évidemment. »

Un lieu nomade

La librairie est ouverte et tenue par des bénévoles de l’association "Des idées & caetara" tous les premiers week-ends de chaque mois à Bécherel . Cependant, dès le départ, l’idée a été d’aller au-devant des gens, pas uniquement de les faire venir à la librairie. « Emmener les livres auprès des gens; les livres mais aussi des bandes dessinées, des films car la connaissance ne doit pas être réservée à ceux capables de lire des pavés de 500 pages. Elle doit être accessible au plus grand nombre. » 

La librairie est donc transportable dans des caisses qui se transforment en présentoir. « Elles sont en bois ,conçues par un menuisier coopérateur de Brocéliande. » La librairie est ainsi présente depuis plusieurs années au salon ASKORIA les métiers des solidarités, celui de l’économie sociale organisé à Rennes en partenariat avec Biocoop, ou encore au salon des Cuma, au marché de Noël de Saint-Pern… Elle est ouverte aux demandes de collectifs.

Au cœur d’un écosystème avec une Université Coopérative Portative

Créée par des acteurs dont le vécu professionnel est celui de l’économie sociale, (la coopérative Oxymore, Elan créateur, garage solidaire, Tag...), la librairie s’inscrit dans un réseau très large. « Nous organisons aussi des échanges, des débats, invitons des experts, ceux qui expérimentent, créent, innovent… tous ceux qui font vivre les idées par le débat autour de leurs pratiques. » 

Par ailleurs,  depuis son origine, la librairie est partenaire de  l’Université Coopérative Portative créée pour faire se rencontrer des coopérateurs qui n’ont pas la possibilité de se voir autrement. Son principe est simple : se rendre dans une entreprise coopérative, inviter d’autres personnes impliquées dans d’autres projets sur d’autres territoires, d’autres métiers, visiter le, ou les sites, échanger ensemble et… écrire ou enregistrer les résultats des réflexions. Toujours le même fil conducteur : lire, échanger mais aussi capitaliser pour continuer à transmettre (voir encadré)

Une partie des bénévoles
Une partie des bénévoles

Une librairie vivante

Il va sans dire que les fondateurs ont dû mobiliser pas mal d’huile de coude et de capacité de négociation pour concrétiser le projet. « Nous sommes partis de rien, nous y avons donc consacré du temps, de l’argent et beaucoup de travail, notamment pour constituer le fonds de départ et identifier les maisons d’édition qui accepteraient de faire du dépôt-vente. »

Au début, le noyau tournait autour d’une dizaine de personnes mais maintenant il s’élargit avec 20 ou 30 nouveaux adhérents chaque année. La question du changement d’échelle se pose. La librairie est à Bécherel mais la plupart des adhérents sont Rennais voire de bien au-delà puisqu’elle dispose aujourd’hui d’un site internet où il est possible de se documenter et de commander.

La question d’un nouveau local à Rennes, d’un autre statut, non plus associatif mais coopératif autour d’un projet permettant de faire vivre un ou plusieurs emplois est sur la table. Et Laurent de conclure : « Toutes les études nous montrent qu’une librairie spécialisée comme la nôtre ne peut tenir avec un ou des permanents que si elle s’adosse à d’autres activités, bar, restauration, édition, service de photocopie pour les étudiants… » Il faudra donc encore déboucher quelques bouteilles de clairette des coopérateurs de Die pour ouvrir de nouvelles portes.  

 Jean-Yves Dagnet

(1) Jean-François Draperi : « Godin, inventeur de l’économie sociale » Edition REPAS

Adresse : « Des idées & des livres » 13-15 place Jehanin 35190 Bécherel. Site : www.idees-livres.fr

UCP avec Biolait et la Mutuelle des Pays-de-Vilaine
UCP avec Biolait et la Mutuelle des Pays-de-Vilaine
L’UNIVERSITE COOPERATIVE PORTATIVE

Yves Cariou  a eu l’idée de créer cette « Université » en 2012 alors que le groupe travaillait sur les statuts de la librairie. Il venait de terminer un cycle de formations auprès de jeunes agriculteurs et salariés d’une coopérative du Lot, "Fermes de Figeac". Ces formations visaient à la fois à réinjecter de la jeunesse dans la gouvernance de la coopérative et à partager les fondamentaux de la coopération. Elle s’est accompagnée d’un travail mené avec un photographe sur l’histoire, les hommes et le devenir de la coopérative. Elle s’est terminée par une journée d’échange ouverte à d’autres coopérateurs de différentes régions et différents secteurs. Elle a fait l’objet d’une publication, "Nous, coopérateurs. L’aventure des éleveurs du pays de Figeac", éditée et diffusée par… la librairie Des idées et des livres.

Depuis, deux autres universités ont été organisées, l’une en partenariat avec le Salon des Cuma, les aciéries de Ploërmel et la SCIC du Champ commun ; l’autre avec le groupement de producteurs Biolait et la Mutuelle des Pays-de-Vilaine. Une quatrième, programmée en mai 2019, est actuellement en préparation. L’université se déroule sur une journée thématique, ne demande pas de diplômes, mais les invitations sont nominatives et personnelles pour garantir la diversité et l’accès aux publics pour laquelle elle a été pensée.





Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​So frenglish, n'est-il pas ?

My God ! Pas de Digital Tech Conference, pour moi, ce 30 novembre à Rennes. J'ai zappé Book your pass ! Le Pass XL pour le cocktail VIP, bof. C'est surtout que je loupe les battles d'une trentaine de speakers sur les sujets les plus hype du numérique : côté DigitalFood, l'arrivée de la food robolution et plus encore côté DigitalLove cette question stimulante : "Est-ce que les innovations du type sex dolls et sex robots sont réellement le futur du sexe ?"  Avec la coordinatrice du SexTechLab, premier hackaton sextech organisé à Paris l'an dernier. Moi qui me rêvais un peu in, me voilà out, exclu, sans avenir, à la porte du nouveau monde américain, condamné à parler, m'habiller, manger, penser français comme d'autres hier breton, berbère ou wolof. Condamné, pour oublier, à écouter  un disque inusable de Boris Vian. 

Michel Rouger

29/11/2018

Nono