Le billet

07/11/2013

Ici et ailleurs



Au micro ému de RFI, le chanteur Tiken Jah Fakoly joint une marche silencieuse, sur les routes poudrées d'une ville au Mali : « La disparition de ces journalistes est celle de nos yeux. Sans eux, un conflit se déroulerait dans l'obscurité. » Cette semaine, la journaliste perd ses lettres de business. Elle remue ses feuillets d'automne en conscience d'un métier d'ordre et et de lumière. Attache sa plume à son cœur lourd. La frappe terroriste fait écho à celles de grandes rédactions françaises. Au journaliste vertueux de ne pas se laisser abattre. De refuser de marcher au pas payé. De refuser de publier une vérité bridée, bradée. Ne pas fléchir devant l'angoisse et la peur. Réfléchir. Et faire grandir, ici et ailleurs, la rigueur et l'envie.

Violette Goarant



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires