Le billet

07/11/2013

Ici et ailleurs



Au micro ému de RFI, le chanteur Tiken Jah Fakoly joint une marche silencieuse, sur les routes poudrées d'une ville au Mali : « La disparition de ces journalistes est celle de nos yeux. Sans eux, un conflit se déroulerait dans l'obscurité. » Cette semaine, la journaliste perd ses lettres de business. Elle remue ses feuillets d'automne en conscience d'un métier d'ordre et et de lumière. Attache sa plume à son cœur lourd. La frappe terroriste fait écho à celles de grandes rédactions françaises. Au journaliste vertueux de ne pas se laisser abattre. De refuser de marcher au pas payé. De refuser de publier une vérité bridée, bradée. Ne pas fléchir devant l'angoisse et la peur. Réfléchir. Et faire grandir, ici et ailleurs, la rigueur et l'envie.

Violette Goarant



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​Les Réseaux - 14/01/2021

Les artistes - 17/12/2020

​Climat(s) - 10/12/2020

​Capitalisme bio - 03/12/2020

​Essentiel - 26/11/2020

​? - 05/11/2020

​Ok, c'est bon... - 30/10/2020

​Democratic Circus - 14/10/2020

​Stop - SUVisme - 08/10/2020

Couché ! Pas bouger - 01/10/2020

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

1 2 3 4 5 » ... 23






Le billet de la semaine

​Les Réseaux


Donc, en cette bonne année 2021, les Réseaux régnant sur l'Humanité ont lâché le trump, le monstre qu'ils ont porté en 2016 à la tête des États-Unis puis ravitaillé durant quatre ans par leurs tout-à-l'égout d'outrances et d'informations fausses. Aux portes du Capitole, à la dernière minute de sa tentative de coup d'État fomentée depuis des mois, ils l'ont lâché. Des défenseurs de la liberté comme ça, mieux vaut s'en protéger ! Pour inciter les gouvernants des pays encore libres à reprendre le contrôle en brisant leurs monopoles, il faudrait que les citoyens cessent d'être des Gafeurs, reprennent eux-même le contrôle de leur propre vie. Ne cèdent plus leurs comportements, leur cerveau, leur liberté pour le plaisir de quelques libertés factices à cette oligarchie marchande destructrice de la démocratie - et de la Planète par son cloud et ses matériels -. On peut encore user librement des immenses ressources d'internet. Se désintoxiquer, dégoogliser, désapple-iser, désamazoniser... 

Michel Rouger
voix_001_les_reseaux.mp3 Voix 001 Les réseaux.mp3  (2.2 Mo)


14/01/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires