27/06/2017

Humanité



Pas de malentendu : quand on parle du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, on ne dit pas Colombe, on dit Colon. Pensez à « mon colon ». C'est ce qu'il préfère. Pour preuve, le langage musclé qu'il a adopté à Calais le 23 juin et qui a atterré les bénévoles secourant les migrants. Aux « conditions de vie inhumaines » dénoncées par le défenseur des droits, Jacques Toubon, le ministre Collomb répond par plus de police et de rapidité dans les dossiers (sous-entendu de renvoi). L'homme qui, du haut de ses 70 ans fêtés le 20 juin, lors de la journée mondiale des réfugiés, illustre ainsi le rafraîchissant renouvellement de la politique, n'est pas un insensible. On se souvient de la larme perlant sous son œil droit à la cérémonie d'intronisation du jeune Macron. A Calais, il a perçu mieux que quiconque « l'humanité » des policiers face aux migrants dont on connaît, a-t-il badiné, « la douceur légendaire ». Pour affermir l'humanité promise par Emmanuel Macron, les policiers affectés à Calais vont donc passer de 450 à 700. Il leur arrivera de taper mais après tout c'est humain.

Michel Rouger

humanite.mp3 Humanité.mp3  (1.9 Mo)



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

Non, Chef - 01/07/2021

​La panne - 24/06/2021

Dimanche soir - 17/06/2021

​Libertés - 10/06/2021

​Campagne - 03/06/2021

Palestine - 12/05/2021

Surprise ! - 29/04/2021

Fou - 22/04/2021

Bientôt la fête - 15/04/2021

Moderna - 08/04/2021

Poison - 31/03/2021

​Ouvrons l’œil - 18/03/2021

​Condamnés - 02/03/2021

​Les Martiens - 24/02/2021

Chocolat - 17/02/2021

1 2 3 4 5 » ... 24






Le billet de la semaine

​Bolloré en Indochine


Frappé en ce moment par la fuite de journalistes craignant de subir à leur tour, avec l’intrusion du Groupe Bolloré, la dérive droitière de Cnews, le journal L’Express va pouvoir au moins, dans un premier temps, conter les belles histoires du dit Groupe. La dernière se passe au Cambodge. Par amour du caoutchouc, le groupe  français accapare en 2008 des terres ancestrales de l’ethnie Bunong et y plante des hévéas. En 2015, des paysans se rebellent. Suivent divers épisodes. Le dernier a eu lieu le 2 juillet devant le tribunal de Nanterre et a été marqué par une belle victoire du droit français : celui de Bolloré contre les paysans cambodgiens incapables, ces indigènes, de fournir des droits de propriétés en bonne et due forme. Pour prix de leur toupet, ils devront payer en outre une indemnité de procédure au planteur français. L’avocat des Bunongs a aussitôt fait appel. Suspense. Le prochain épisode de Bolloré en Indochine sera à suivre, dans L’Express bien sûr. 

Michel Rouger
20210708_bollore_en_indochine.mp3 20210708 Bolloré en Indochine.mp3  (1.17 Mo)


08/07/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires