Le billet

24/11/2011

Histoires Ordinaires, chapitre 2



Histoires Ordinaires entame aujourd'hui sa seconde année... Et un second chapitre que nous voulons écrire, plus encore que le précédent, avec vous. Notre volonté première est de fortifier la communauté de lecteurs qui a commencé à se construire autour de nos reportages sur ces citoyens invisibles dont les révolutions minuscules ou héroïques ne cessent de nous surprendre.
Dans cet esprit, nous avons pensé que nous devions permettre à nos lecteurs de mieux connaître, à travers une vidéo, la rédaction d'Histoires Ordinaires. De retrouver plus facilement, à travers des rubriques réorganisées, toutes ces histoires singulières. Surtout, nous voulons vous permettre de participer pleinement à l'aventure. En nous signalant des sujets de reportages et, si vous le souhaitez, en les réalisant avec nous. En partageant vos coups de cœur dans la rubrique « Lu, Vu, Entendu... ». En participant à nos premiers blogs-dossiers, ces blogs associés au site que nous espérons  étendre.
Et nul doute que, bientôt, nous parviendrons aussi ensemble  à franchir une nouvelle étape :  financer l'emploi de jeunes journalistes pour détecter et raconter ces histoires ordinaires en toujours plus grand nombre...

Michel Rouger



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​Essentiel - 26/11/2020

​? - 05/11/2020

​Ok, c'est bon... - 30/10/2020

​Democratic Circus - 14/10/2020

​Stop - SUVisme - 08/10/2020

Couché ! Pas bouger - 01/10/2020

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

1 2 3 4 5 » ... 23






Le billet de la semaine

​Essentiel


Les commerces "non essentiels" vont rouvrir samedi, c'est l'essentiel. Qui donc d'ailleurs, dont le boulot est sûrement essentiel, a bien pu estimer que vendre un livre est moins essentiel que de vendre un whisky ? La question est d'autant plus grave qu'essentiel renvoie à essence et sans essence on n'avance plus, c'est la panne. L'essence humaine on veut dire, la conscience d'être. En quelque sorte, je vends donc je suis, quand je ne vends plus, je ne suis plus. Ou j'achète donc je suis. Ou... Etc. Toute cette histoire d'urgence sanitaire nous emmène décidément dans des questions vraiment essentielles. Par exemple, peut-on "être" sans être libre ? Non ? Alors il faut descendre dans la rue contre la nouvelle loi qui réduit un peu plus les libertés. Et résister au Black Friday. Comme au virus qui entrave aussi nos libertés, tue même parfois. Que de dilemmes en cette fin 2020 ! Voilà qui ferait une belle discussion, dans une franche amitié, autour d'un demi. Mais le bar reste fermé. Pas essentiel, qu'ils disent.

Michel Rouger
vocal_001_14.mp3 Vocal 001.mp3  (563.39 Ko)


26/11/2020

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires