Le billet

07/03/2013

Habemus papam(e)



Habemus papam, nous avons un pape : massée devant Saint-Pierre, la foule attendait la formule consacrée. Mais serait-ce "il" ou "elle" ? Papam(e) ? Au milieu de la place, Sœur Marie-Madeleine méditait, s'évadait, s'égarait. Désormais, les femmes accédaient à la prêtrise et les prêtres aux femmes, aux hommes et vice (si l'on ose dire) versa. Mariage et sacerdoce pour tous. Le miracle approchait. « Que seraient les églises et l'Église sans les femmes ? » soufflait l'Esprit-Saint sur les barrettes cardinales. Puis, in petto : « Pour le 8 mars, ce serait un attention délicate. » Les prélat(e)s avaient osé. Habemus… La place explosait de joie. Sœur Marie-Madeleine fermait les yeux de bonheur. Elle l'apercevait, au balcon, élégante dans sa robe blanche. « Mais ma soeur, applaudissez ! Vous rêvez ! », dit soudain l'abbé à côté. Là haut, une voix mâle et âgée, parlait et bénissait. « Au fait, reprit l'abbé, pour le pique-nique, vous avez prévu le café? »

Michel Rouger



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires