Vu, Lu, Entendu...

03/04/2020

Film : "Les rumeurs de Babel", un poète reporter chez les habitants de Maurepas



« Le film "Les rumeurs de Babel " de Brigitte Chevet résonne tout autrement en ces temps de confinement », souligne Caroline Troin, de Bretagne et Diversité où l'on peut regarder le film (52 mn) en intégralité. « Tourné en 2015, le film suit Yvon Le Men, en résidence au sein du quartier de Maurepas, à Rennes. La réalisatrice, qui tentait d'une façon ou d'une autre d'arpenter le monde de la poésie, décide finalement de mettre ses pas dans ceux d'Yvon, qui, au pied des tours, va de rencontre en rencontre. Au fil des ces dialogues, les mots captés par Brigitte sont comme des signaux, que nous voyons se dessiner plus clairement encore aujourd'hui, dans le ciel bleu et vide de nos villes »...

Lire la suite sur Bretagne et Diversité

Une plateforme de près de 800 films

La plateforme Bretagne et Diversité rassemble aujourd'hui quelque 800 films reflétant  la diversité culturelle dans le monde (dans l'esprit du Festival des minorité de Douarnenez) et bien sûr la richesse de la culture bretonne là aussi dans sa diversité. L'association, basée à Lorient, veut facilité l'accès de tous à la connaissance.

Outre "Les rumeurs de Babel", voici les derniers films,  disponibles en version intégrale :

Bienvenue mister chang. - Le 26 février 1982, la petite commune de Lanvénégen accueillait, sous la pluie, 21 réfugiés laotiens et hmongs

Treizhourien. - Rencontre enthousiasmante entre le cercle celtique korriged is, la chorégraphe de azilz dañs et huit grandes voix de Bretagne

Nous n'irons plus à Varsovie. - Georges et Mitoune vivent à Quéméneven. Georges est juif polonais, rescapé du ghetto de Varsovie. Mitoune adopte chiens et chats. tous deux résistent à la barbarie du monde, à leur façon

Qui a tué louis Le Ravallec ?. - Une véritable enquête policière, à la fois hommage à Donatien Laurent, immense collecteur de la tradition orale bretonne et témoignage sur la gwerz

Hommes de misaine. - A l’aube du siècle passé sur les côtes sud de Bretagne, la quête du "poisson d’argent " mobilise le monde ancestral de la pêche traditionnelle à la voile, jusqu’aux portes de l’âge industriel

Planète Marseille, les enfants des comores. - Reflets d’une société métissée, les jeunes comoriens de Marseille inventent de nouveaux modèles, cultivant tout à la fois leur indépendance et l’attachement à leurs origines

Au fil du voyage. - Les mots et broderies de Souleymane Baldé, jeune guinéen qui a choisi de retracer son parcours migratoire sur la toile de drap, en le brodant. Le récit de Souleymane alterne avec des séquences d'animation réalisées par de jeunes enfants lors du festival de cinéma de Douarnenez 2017. 

Joséphine Pencalet, une pionnière. - Portrait d'une ouvrière de conserverie à Douarnenez première femme élue en Bretagne, comme en France, au suffrage masculin dit « universel »

Suzanne Ploux, une bâtisseuse.- Portrait d'une résistante de la première heure élue maire de Saint-Ségal (29) en mai 1945, à l’occasion des premières élections auxquelles les femmes sont conviées en France.

Irrintzina, le cri de la génération climat. - Quelques militants de l’organisation basque bizi ! font un pari fou : construire en quelques années une mobilisation sans précédent en vue de la cop21 et lancer un grand mouvement non-violent pour le climat, alternatiba

Dreams before money.- Le quotidien de Tahnee Juguin, 24 ans, sur l'île de Siberut, Indonésie. Elle vit parmi les Mentawaï, autochtones aux traditions fortes. elle travaille à conserver une mémoire de leur histoire et de leur culture en réalisant des projets sociaux et artistiques avec eux.
 



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique
1 2 3 4 5 » ... 11


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Liberté

46 jours. Ça fait 46 jours qu’on est assignés, bouclés dans 3,1416 km², sans pouvoir frôler, toucher, embrasser, festoyer, jogger, bicycletter, surveillés par des policiers à pied, à cheval, à vélo, à moto, en auto, en hélico, épiés par des collabos... Y’a que d’aller bosser qui rend libre, chose au reste discutée depuis l’aube de l’humanité. Au moins, nous voilà à J-11 de la semi-liberté conditionnelle. Sauf que le gouvernement continue de bricoler son StopCovid d’apprenti sorcier. Alors là, geste barrière : Stop au StopCovid. Le confiné sur canapé, qui poste à qui veut sa vie privée sur son smartphone, doit cette fois dire non. Non à tous les virus de l’e-surveillance politique qui mutent vite en virus Xi Jinping que la dictature chinoise veut répandre dans les démocraties : il est déjà à Nice… Ne pas sacrifier la Liberté au besoin de sécurité qui se nourrit de toutes nos peurs est un bon sujet de réflexion et d'action pour les 220 jours de semi-liberté qui nous attendent sans doute d’ici le réveillon. Quand enfin on s’embrassera. Bonne Année ! La santé surtout. Et la Liberté. Peut-être...

Michel Rouger

30/04/2020

Nono












Partenaires