Le billet

30/07/2014

Été pourri



Au-dessus des corps assoupis sur les plages, les tragédies du monde grondent. Des avions explosent en plein ciel, foudroyés par un missile ou par l'orage. Surtout, il pleut du sang, toujours, sur les sables de Gaza : plus de 1 200 morts en trois semaines. De Syrie : plus de 140 000 morts en trois ans. De Libye maintenant. Le climat est lourd aussi sur la France, le pays d'Europe qui abrite le plus de Musulmans et de Juifs. Cependant, dans les villes françaises, des milliers de manifestants pro-palestiniens déjouent pacifiquement les provocations des émeutiers et du gouvernement Hollande-Valls complice du colonialisme guerrier israélien. Des pacifistes héroïques résistent toujours en Israël. Des jeunes Palestiniens et Israéliens tweetent leur fraternité. Et Mariah, la jeune non-violente syrienne que l'on retrouve ici deux ans plus tard, prépare les lendemains de la guerre. Quelques rayons d'espoir, bien faibles, mais bien là.
 
Michel Rouger




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires