Le billet

20/02/2014

État d'urgence



Ils s'appelaient Bouna et Zyed, avaient 15 ans et 17 ans, vivaient à Clichy-sous-Bois, et il y eut le feu cet hiver-là en France. En revenant du foot, ils avaient aperçu la police et pris la fuite, ensuite croisé la mort, cachée dans un transformateur. Électrocutés. Martyrs. Les émeutes éclatèrent dans les cités. La France de l'hiver 2005-2006 affronta une révolte populaire. État d'urgence, deux mois durant, dans vingt-cinq départements. On promit alors d'éteindre enfin les braises. On cassa d'abord. Simple de casser. Des immeubles de Clichy et Montfermeil tombèrent en poussière. Quatre ans plus tard, on installa la police. Simple de soupçonner, arrêter, condamner. Huit ans après, les copains de Bouna et Zyed restaient assignés à résidence, chômeurs souvent. Lundi dernier, Pôle Emploi est enfin arrivé. Le tramway devrait suivre, dans trois ans au mieux : l'urgence des États pour les habitants des ghettos.
 
Michel Rouger
 



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires