20/02/2014

État d'urgence



Ils s'appelaient Bouna et Zyed, avaient 15 ans et 17 ans, vivaient à Clichy-sous-Bois, et il y eut le feu cet hiver-là en France. En revenant du foot, ils avaient aperçu la police et pris la fuite, ensuite croisé la mort, cachée dans un transformateur. Électrocutés. Martyrs. Les émeutes éclatèrent dans les cités. La France de l'hiver 2005-2006 affronta une révolte populaire. État d'urgence, deux mois durant, dans vingt-cinq départements. On promit alors d'éteindre enfin les braises. On cassa d'abord. Simple de casser. Des immeubles de Clichy et Montfermeil tombèrent en poussière. Quatre ans plus tard, on installa la police. Simple de soupçonner, arrêter, condamner. Huit ans après, les copains de Bouna et Zyed restaient assignés à résidence, chômeurs souvent. Lundi dernier, Pôle Emploi est enfin arrivé. Le tramway devrait suivre, dans trois ans au mieux : l'urgence des États pour les habitants des ghettos.
 
Michel Rouger
 


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

Dimanche soir - 17/06/2021

​Libertés - 10/06/2021

​Campagne - 03/06/2021

Palestine - 12/05/2021

Surprise ! - 29/04/2021

Fou - 22/04/2021

Bientôt la fête - 15/04/2021

Moderna - 08/04/2021

Poison - 31/03/2021

​Ouvrons l’œil - 18/03/2021

​Condamnés - 02/03/2021

​Les Martiens - 24/02/2021

Chocolat - 17/02/2021

Chaud-froid - 10/02/2021

​Désobéir - 27/01/2021

1 2 3 4 5 » ... 24






Le billet de la semaine

Dimanche soir


Ainsi, avançant l’été d’une journée, le gouvernement nous permet de fêter jusqu’au bout de la nuit le dimanche électoral. A quatre jours du scrutin, cette largesse ne peut que ravigoter les candidats Marcheurs qui ont dû mal à masquer leur gêne devant le mauvais coup porté à la Loi Molac et à diverses volontés populaires. Elle devrait permettre aussi aux présidents, secrétaires et assesseurs des bureaux de vote de célébrer autour d’un pot bien mérité un engagement citoyen qui fait bien défaut à chaque rendez-vous électoral. Car la démocratie, frappée par l'abstention, pourrait bien, elle, ne pas être à la fête dimanche soir. 

Michel Rouger
20210617_dimanche_soir.mp3 20210617 dimanche soir.mp3  (787.06 Ko)


17/06/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires