Le billet

Espèce en danger


08/05/2019




Parmi toutes les espèces qui cohabitent sur la Planète, il en est une qui inquiète particulièrement : l'espèce humaine. Elle semble en voie d'abêtissement. Samedi 4 mai, sur un marché parisien, une meute d'individus apparus récemment, des "antispécistes", a agressé un boucher bio. Un de plus : une dizaine de bouchers, profession surarmée mais pacifique, ont déjà demandé assistance. Se nourrir de végétaux et s'habiller de coton et de cordes ne pose pas de problème à l'humanité mais que des cerveaux mutent ainsi en choux-fleurs, si. C'est un nouvel effet de la pollution qui frappe aujourd'hui un peu partout l'esprit humain. Dans l'actualité, on voit aussi de plus en plus d'individus belliqueux chasser des êtres de la même espèce. D'autres, sans histoire, se pendent ou se jettent d'un pont à cause d'un éco-système qui brutalise les populations pour engraisser une minorité. L'Homo dit sapiens ("intelligent", "sage" en latin) est aussi en train de détruire un million d'espèces animales ou végétales, une sur huit, dont il a pourtant besoin. Aucun animal ne fait ça.

Michel Rouger

espece.mp3 Espèce.mp3  (1.83 Mo)





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

Khartoum - 06/06/2019

​Arithmétique - 30/05/2019

Vote bleu - 01/05/2019

​Progressons - 11/04/2019

​Tweetons un peu - 04/04/2019

Saintes chapelles - 21/03/2019

​Hécatombes - 14/03/2019

J - 7 - 07/03/2019

1 2 3 4 5 » ... 17


Le billet de la semaine

​Marché colonial

Toi, viens, toi dehors... Sur les bords de la Méditerranée, une nouvelle place du marché est née. Des femmes et des hommes épuisés par un horrible voyage attendent. Des fonctionnaires français passent, s'arrêtent, choisissent : ils font leur marché selon les besoins en main d'œuvre décrétés par le gouvernement. Jadis la France est allée coloniser et spolier l'Afrique. Puis les Total, Bolloré et consorts ont continué à piller ses ressources en soutenant des dirigeants corrompus. Aujourd'hui, en renouant avec les « quotas » des années 30, l'ancienne puissance coloniale pille ouvertement le savoir-faire des pays africains, ce qui va les enfoncer un peu plus. Après les ingénieurs et médecins par milliers, les ouvriers qualifiés. Mais il y a là du matériel électoral pas cher et payant. Créer ces quotas suggère que les immigrés nous envahissent. Durcir l'aide médicale insinue qu'ils abusent. C'est faux, ignoble, mais ça éclipse les retraites, urgences ou assurance chômage. Et en faisant de nouveau du Sarkozy, qui prônait les quotas en 2008, Macron met la droite au supplice : « Nous aussi, on nous pille ! » C'est ça le pire.

Michel Rouger

08/11/2019

Nono

Newsletter