Le billet

Ensemble


13/09/2017




Vivre ensemble. L'expression, banale, n'a jamais été aussi moderne. Comme la Fraternité de la devise républicaine. C'est une aspiration forte, une nécessité, à un moment où, face aux puissants repli sur soi et entre-soi, les partis politiques ne peuvent plus rassembler ; où le président nouvellement élu cherche à diviser, traitant cette fois de « fainéants » ou de « cyniques » les Français qui s'opposent à son capolibéralisme. Il y a urgence à ce que le pays travaille à redevenir un ensemble, contemporain, où les différences sont fécondes, où les dissonances sont joyeuses. C'est en cours et une fois de plus, ce sont des citoyens méconnus, dans des quartiers urbains ou des villages ruraux, qui donnent l'exemple. Ainsi les 400 habitants de Saint-Péran, en Bretagne, qui mettent en commun leurs opinions, leurs sensibilités, pour développer leurs biens communs. Il était naturel qu'Histoires Ordinaires leur consacre son premier webdocumentaire.

Michel Rouger 





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​Non - 22/02/2018

​Chers ghettos - 15/02/2018

​A la noix - 08/02/2018

​Président Et-Et - 25/01/2018

L'automobiliste - 11/01/2018

​On y croit - 04/01/2018

8 - 20/12/2017

​Lire - 06/12/2017

Tais-toi et marche - 23/11/2017

​Abysses - 16/11/2017

​Crac(s) - 09/11/2017

​Le beurre - 02/11/2017

​Peste moderne - 19/10/2017

Visionnaire - 12/10/2017

​Murs sanglants - 04/10/2017

​Du Bâtiment - 28/09/2017

Réformes - 31/08/2017

Notre Dame de France - 09/08/2017

L'écharde - 03/08/2017

1 2 3 4 5 » ... 14


Le billet de la semaine

​Non

La Ghouta orientale. « L'enfer sur terre », dit Antonio Guterres, le secrétaire général de l'Onu. « Un autre Srebenica », alerte The Guardian, le quotidien britannque. Un carnage. Mais il a lieu en Syrie et comme en Bosnie hier, comme en Afghanistan, en Somalie, au Kivu ou au Yemen aujourd'hui, plus ça dure, plus c'est dur d'assister continûment au massacre des enfants et au renoncement des puissances. Alors l'envie vient de singer les singes de la sagesse. Rien voir, rien entendre, rien dire. Fuir. Oublier les guerres, les injustices, les périls. Consommer, communiquer, courir les émotions factices du siècle. Étouffer la voix intérieure. Mais cette voix reste là, constante, ardente. Non. Car il n'y a pas de bonheur sans elle. Et pas de liberté, d'humanité, sans s'indigner. Toujours.

Michel Rouger

22/02/2018

Nono










Newsletter