Vu, Lu, Entendu...

16/03/2017

En librairie : « La France des Solutions »




En librairie : « La France des Solutions »
L’association Reporters d’Espoirs publie cette semaine aux Editions Arthaud « La France des Solutions ». Un ouvrage qui, après d’autres publications de ce genre, rassemble des initiatives locales propres à lutter contre « l’ambiance anxiogène » du moment pour reprendre l’expression du médecin-explorateur Jean-Louis Etienne parrain de l’opération. Une cinquantaine d’initiatives sont présentées où l’on trouve des entrepreneurs, agriculteurs, industriels, ouvriers, maires, associatifs, citoyens… investis dans de multiples domaines : emploi, éducation, solidarité, relocalisation, protection de la nature…

Quelques exemples relevés par l’éditeur.   « A Carcassonne, des ouvriers reprennent leur industrie alimentaire au bord de la faillite et la repositionnent sur le local et la qualité. A Onnaing, Toyota choisit la France pour produire un véhicule notamment hybride à destination des marchés européens et américains, créant trois mille neuf cents emplois. C’est dans la Drôme que 30 % de l’agriculture est bio. Et c’est entre Nice et Paris que se perfectionne un moteur de recherche alternatif à Google. Du côté de la solidarité, Marseille avec Acta Vista, ou Lille avec le Collectif des SDF de Lille s’organisent pour répondre à la pénurie de logements, à l’insertion de personnes sans domicile fixe ou de jeunes prometteurs défavorisés. »

La France des Solutions. Editions Arthaud.  384 p. 19,90 €



Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono