Vu, Lu, Entendu...

En librairie : « La France des Solutions »


16/03/2017



En librairie : « La France des Solutions »
L’association Reporters d’Espoirs publie cette semaine aux Editions Arthaud « La France des Solutions ». Un ouvrage qui, après d’autres publications de ce genre, rassemble des initiatives locales propres à lutter contre « l’ambiance anxiogène » du moment pour reprendre l’expression du médecin-explorateur Jean-Louis Etienne parrain de l’opération. Une cinquantaine d’initiatives sont présentées où l’on trouve des entrepreneurs, agriculteurs, industriels, ouvriers, maires, associatifs, citoyens… investis dans de multiples domaines : emploi, éducation, solidarité, relocalisation, protection de la nature…

Quelques exemples relevés par l’éditeur.   « A Carcassonne, des ouvriers reprennent leur industrie alimentaire au bord de la faillite et la repositionnent sur le local et la qualité. A Onnaing, Toyota choisit la France pour produire un véhicule notamment hybride à destination des marchés européens et américains, créant trois mille neuf cents emplois. C’est dans la Drôme que 30 % de l’agriculture est bio. Et c’est entre Nice et Paris que se perfectionne un moteur de recherche alternatif à Google. Du côté de la solidarité, Marseille avec Acta Vista, ou Lille avec le Collectif des SDF de Lille s’organisent pour répondre à la pénurie de logements, à l’insertion de personnes sans domicile fixe ou de jeunes prometteurs défavorisés. »

La France des Solutions. Editions Arthaud.  384 p. 19,90 €




Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Naufrage

Depuis une dizaine de jours maintenant, l'équipage de La Macronie souque ferme. Appelé en Méditerrannée pour secourir les 629 migrants de l'Aquarius chassés par les forbans parvenus à la barre de l'Italie, il s'est égaré en route. L'un des principaux officiers, le Breton Jean-Yves Le Drian, a cru voir l'Espagne "plus proche" que la France pour accueillir les malheureux, se trompant de quelque 180 milles nautiques (340 km). Du coup, ce sont les Espagnols, montrant l'exemple avec un bel ensemble à toute l'Europe, qui ont assuré le sauvetage. Depuis, l'équipage français rame pour ramener quand même une partie des migrants en France. Les socialistes bretons, eux, sont affligés. Leur chef historique agrégé d'histoire a perdu sa géographie, son histoire son socialisme et son ciré jaune. Ils se préparent à aller déposer des ex-voto dans leurs chapelles : "A notre capitaine qui nous a quittés sans retour en embarquant sur La Macronie."

Michel Rouger

21/06/2018

Nono