Le billet

23/08/2012

Eléphant



Deux ans que les salariés de Fralib, près de Marseille, affrontent Unilever, occupent leurs ateliers, protègent leurs machines, remuent la Justice. Face à la multinatinale qui a fermé leur usine pour s'engraisser ailleurs, ils tentent de créer une coopérative et de garder leur marque, Eléphant, née à Marseille il y a 119 ans. Hors de question, vient de répliquer le Pdg de la firme. Blocage. Les Fralib restent ainsi aux avant-postes de la rentrée sociale 2012, la première du pouvoir socialiste. Suspense. Eléphant, heureusement, ça parle au PS ; d'un autre côté, François Hollande, qui va les recevoir le 31 août, un peu trop souvent dodeline. Qu'il n'oublie pas : il y a un an, il se faisait fort de maintenir la marque Eléphant à Marseille. Les Fralib, eux, ont de la mémoire.
 
Michel Rouger




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires