Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
23/08/2012

Eléphant



Deux ans que les salariés de Fralib, près de Marseille, affrontent Unilever, occupent leurs ateliers, protègent leurs machines, remuent la Justice. Face à la multinatinale qui a fermé leur usine pour s'engraisser ailleurs, ils tentent de créer une coopérative et de garder leur marque, Eléphant, née à Marseille il y a 119 ans. Hors de question, vient de répliquer le Pdg de la firme. Blocage. Les Fralib restent ainsi aux avant-postes de la rentrée sociale 2012, la première du pouvoir socialiste. Suspense. Eléphant, heureusement, ça parle au PS ; d'un autre côté, François Hollande, qui va les recevoir le 31 août, un peu trop souvent dodeline. Qu'il n'oublie pas : il y a un an, il se faisait fort de maintenir la marque Eléphant à Marseille. Les Fralib, eux, ont de la mémoire.
 
Michel Rouger




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

Soldes - 20/01/2022

Le cochon - 13/01/2022

Merdique - 06/01/2022

Le trompettiste - 16/12/2021

Une tuerie - 09/12/2021

Fin de mois - 02/12/2021

Ils étaient 27 - 25/11/2021

​Les - 17/11/2021

Greenwashing machine - 04/11/2021

Choix mortels - 28/10/2021

L'audace - 20/10/2021

Errance zemmourienne - 14/10/2021

Pandore - 07/10/2021

Au nouveau pourboire - 01/10/2021

Quoi ? ! - 20/09/2021

Piqûre de rappel - 16/09/2021

Risque de récidive - 18/08/2021

1 2 3 4 5 » ... 24

Le billet | Nono | Vu, Lu, Entendu... | Covid | Rebelles du Monde | Solidaires | Engagés | Passionnés | Vie du site | Exclusion : 30 personnalités témoignent | Je suis Charlie | English version | Teatro e dança | La Lettre d'Histoires Ordinaires | Nos lectrices et lecteurs publient