Le billet

Drapeau


19/06/2014




Continuons à parler de la Coupe mondiale, populaire et identitaire de foot, la bataille qui écrase sur nos écrans toutes les guerres sanglantes du moment. Le moment, il faut le reconnaître, est particulier. Durant quelques semaines, le raciste applaudit le joueur noir, le trotskiste brandit le drapeau confisqué par la famille Le Pen, le Breton redevient Français... Dimanche dernier, le bonheur était carrément dans le pré de Porto Alegre. Et 1 et 2 et 3-0 contre les redoutables Honduriens ! Voilà la France en finale puis victorieuse puis défilant sur les Champs-Élysées. Tous ensemble, Blacks Blancs Beurs, comme en 1998. Seulement jusqu'à la  fin juillet, faut pas exagérer. Mais savourons cet éphémère moment où le pays de la désunion nage dans la communion. Où Benzema fait mieux que Victor Hugo, le génial poète. Il est vrai déjà européen.
 
Michel Rouger





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

​UIPP - 31/01/2020

Etiquettes - 23/01/2020

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

​Juste - 05/12/2019

​​Vendredi culte - 27/11/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

1 2 3 4 5 » ... 18


Le billet de la semaine

La bonne éducation

On parle beaucoup des violences policières. Beaucoup trop. Et trop en mal surtout. Ainsi, aujourd’hui, dans le conflit sur la réforme du bac. Comment peut-on sous-estimer à ce point l’effet bénéfique du baston pédagogique sur les apprentis rebelles ? La crainte positive suscitée par les bataillons casqués  sur les écrans des réseaux sociaux et des chaînes – éducatives – d’info en continue ? Le 6 décembre 2018, à Mantes-la-Jolie, des dizaines de jeunes de 12 ans et plus, s’étaient retrouvés à genoux mains sur la tête entourés de policiers matraque en main. Un précédent intéressant. Ces dernières semaines, les gardes à vue de lycéens se multiplient, parfois jusqu’à 48 h, dans des locaux glauques. Ainsi peuvent-ils apprendre la vie. Il faut aller plus loin. Pourquoi ne pas déplacer par exemple les heures de colle au commissariat de quartier ? Agissons pour rétablir la chaîne de l’Autorité. Le Président, les maîtres, les pères. Tiens-toi droit à table, mon fils, ou j’appelle la police.

Michel Rouger

13/02/2020

Nono

Newsletter