Le billet

19/06/2014

Drapeau



Continuons à parler de la Coupe mondiale, populaire et identitaire de foot, la bataille qui écrase sur nos écrans toutes les guerres sanglantes du moment. Le moment, il faut le reconnaître, est particulier. Durant quelques semaines, le raciste applaudit le joueur noir, le trotskiste brandit le drapeau confisqué par la famille Le Pen, le Breton redevient Français... Dimanche dernier, le bonheur était carrément dans le pré de Porto Alegre. Et 1 et 2 et 3-0 contre les redoutables Honduriens ! Voilà la France en finale puis victorieuse puis défilant sur les Champs-Élysées. Tous ensemble, Blacks Blancs Beurs, comme en 1998. Seulement jusqu'à la  fin juillet, faut pas exagérer. Mais savourons cet éphémère moment où le pays de la désunion nage dans la communion. Où Benzema fait mieux que Victor Hugo, le génial poète. Il est vrai déjà européen.
 
Michel Rouger




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires