Vu, Lu, Entendu...

03/10/2019

Des conteuses d'ATD publient "Un autre rêve pour le monde"



Des conteuses d'ATD publient "Un autre rêve pour le monde"
un_autre_reve.mp3 Un autre rêve.mp3  (2.57 Mo)

Mercredi 3 octobre a été présenté à l'Espace Ouest-France, à Rennes, le dernier ouvrage des Editions Histoires Ordinaires : "Un autre rêve pour le monde". Il s'agit d'un livre-CD réalisé par des membres d'ATD Quart Monde, militant.e.s et allié.e.s, au sein d'un atelier d'écriture, l'Atelier du Quartier de la Lune, animé par la conteuse Gigi Bigot, bien connue des lecteurs et lectrices d'Histoires Ordinaires.

Des conteuses d'ATD publient "Un autre rêve pour le monde"
Les six contes sont inspirés de faits réels, le rejet de migrants, un acte de discrimination au musée,  un incident à Pôle emploi... Pour chacun, les membres de l'atelier ont livré leurs réflexions en les transformant en images assemblées ensuite en mots, en phrases. Ce passage du réel à l'imaginaire nous fait sentir, approcher, mieux qu'une simple description toutes les facettes de la réalité telles qu'elle est vécue.

Cela a créé des moments forts quand les cinq conteuses présentes à cette soirée ont lu ensemble trois des six contes. La soirée a aussi été l'occasion pour Gigi Bigot tout ce qui la porte dans l'art du conte : une démarche analysée longuement dans son livre co-édité en 2018 par les Editions Quart Monde et La Grande Oreille (266 pages, 16 €)

Les contes sont enrichis dans le livre CD des illustrations de Claire Lafont-Rapnouil et de l'accompagnement musical de Laurent Carré.   

Un autre rêve pour le monde. - 60 pages, 10 €. Disponible sur commande aux Editions Histoires Ordinaires.





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Violence d’État

Réalisant sans coup férir le vœu du Président de rendre le pays « plus humain » en 2020, trois policiers ont interpellé le 3 janvier à Paris un coursier à scooter, Cédric Chouviat, 42 ans, père de 5 enfants, et l’ont asphyxié par un plaquage ventral complété par une fracture du larynx. Mourir lors d’un contrôle routier… Les années se suivent et se ressemblent. L’année 2019 avait commencé par le coma, le 12 janvier, à Bordeaux, du Gilet Jaune Olivier Beziade, touché en pleine tête par un tir de LBD40, qui a inauguré une année répressive jamais vue dans un mouvement social. Le 21 juillet, à Nantes, les lacrymogènes des CRS ont aussi poussé Steve, 24 ans, dans la Loire. Mourir lors d’une Fête de la musique... La violence d’État ne désarme plus. Car le coupable, bien sûr, est moins le policier frappeur que les autorités qui l’arment, le couvrent, lancent leurs forces au premier attroupement, fût-il festif, pour impressionner, intimider. Quand le libéralisme autoritaire fait du citoyen ordinaire un adversaire... 

Michel Rouger
  

09/01/2020

Nono












Partenaires