Le billet

Déraciner la haine


20/02/2019




Des foules se sont formées mardi soir contre le pire. Alors qu'elles étaient appelées par toutes les forces politiques, ont-elles été cependant à la hauteur de la haine absolue de l'Autre, de son humanité, de la haine de soi que représente l'antisémitisme ? Sûrement pas. Comme si le pays se sentait instrumentalisé. Devinait qu'on voulait étouffer la protesation sociale exprimée par les Gilets Jaunes en exploitant la barbarie de quelques individus ou groupuscules de l'ultra droite. L'injonction morale outil de pouvoir contre les urgences sociales. Les jeunes des quartiers renvoyés à leurs origines religieuses ou culturelles connaissent bien cette hypocrisie de même que les chômeurs enchaînés à leur responsabilité individuelle. Or, l'Histoire a montré que la bête immonde se vautre dans les crises sociales, les oppressions. C'est là qu'il faut déraciner la haine. Face au regain d'antisémitisme, des voix juives méritent particulièrement d'être écoutées, celle par exemple de l'Union juive française pour la paix

Michel Rouger

vocal_003.mp3 Vocal 003.mp3  (1.61 Mo)






1.Posté par Francis LE HERISSE le 25/02/2019 19:05
Je partage tout à fait l'esprit et la forme de ton message avec en plus cette référence à l'Union juive pour la Paix qui règle son sort à la confusion entretenue par MACRON au CRIF.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

Khartoum - 06/06/2019

​Arithmétique - 30/05/2019

Espèce en danger - 08/05/2019

Vote bleu - 01/05/2019

​Progressons - 11/04/2019

​Tweetons un peu - 04/04/2019

Saintes chapelles - 21/03/2019

​Hécatombes - 14/03/2019

J - 7 - 07/03/2019

​Algérie, suites - 28/02/2019

​« Liberté ! » - 06/02/2019

​Patrons en lutte - 30/01/2019

L'espoir, enfin - 25/01/2019

​2018, la révolte - 13/12/2018

La panne - 06/12/2018

1 2 3 4 5 » ... 17


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono

Newsletter