Vu, Lu, Entendu...

09/09/2019

Depuis 20 ans, les musiciens d'Euphonie colorent la vie de jeunes hospitalisés


Chaque semaine depuis 1999, les musiciens de l'association Euphonie interviennent à l'Hôpital sud de Rennes auprès de jeunes malades. Leur action est soutenue par Le Relais Marathon de la Vie, une course humanitaire contre le cancer dont la prochaine édition a lieu le 15 septembre au départ de Rennes.



En secteur protégé, il faut mettre un masque...
En secteur protégé, il faut mettre un masque...
euphonie.mp3 Euphonie.mp3  (6.22 Mo)


Le "Relais Marathon de la Vie" se court par équipe de 2, 3 ou 4 coureurs, Ce n'est pas une compétition : il n'y a ni classement ni chronométrage. La prochaine édition a lieu le dimanche 15 septembre, en quatre étapes de 8 à 14 km entre Rennes, Saint Jacques, Saint-Erblon, Amanlis et Piré sur Seiche. Outre le blog, tous renseignements sur la page facebook  où l'ont peut retrouver aussi cette présentation d'Euphonie, reproduite ci-dessous, par sa présidente Christine Fourrier.

« Nous sommes à la disposition des enfants »
« Nous sommes à la disposition des enfants »
Présentation d'Euphonie avec sa présidente, la clarinettiste Christine Fourrier. Euphonie  a pour objectif de contribuer au mieux être des enfants hospitalisés et de leur entourage. Elle propose des animations musicales hebdomadaires réalisées par des musiciens professionnels auprès d'enfants et adolescents de 0 à 18 ans hospitalisés pour des cancers ou des leucémies.

Chaque mardi après-midi, des musiciens interviennent en binôme et en solo dans le service onco-hématologie pédiatrique et une fois par mois le mercredi matin, en Auberge de Jour. Selon les intervenants et selon la demande des enfants ils mélangent chants et instruments : « Nous sommes à la disposition des enfants. » Une première partie se déroule en salle de jeux où les enfants pouvant se déplacer se réunissent, accompagnés de leurs parents et du personnel hospitalier les encadrant : infirmières, psychologue, puéricultrices, éducatrice, enseignants... Ces animations sont interactives ; les rôles s'échangent à travers la musique et les chants. Les musiciens se rendent ensuite au chevet de chaque enfant en isolement.

Les musiciens interviennent toutes les semaines de l'année, sans interruption pendant l'été, soit plus d'une centaine d'animations sur douze mois. Une responsable du planning recense et organise les interventions, les binômes : « Chacun doit être capable de jouer avec tous les autres : ça brasse les styles (sud américain, rock, jazz...)et c'est plus intéressant. »

Depuis vingt ans

En 1999,  des musiciens professionnels ont eu envie d'apporter la musique à l'hôpital et de sortir de leur cadre conventionnel. « A la base quelques musiciens ont souhaité proposer de la musique de façon plus spontanée avec davantage de contacts. »  Ils se sont regroupés et ont présenté leur projet à l'Hôpital. « Depuis vingt ans, nous intervenons moins sous forme de concert et de moins en moins classique avec plus de chansons modernes,  en anglais, français... qu'ils connaissent  surtout pour les grands. »

Christine Fourrier précise : « Le chant reste la base, avec guitare, percussions avec un peu de clarinette et d'instruments à vent quand on peut. » En secteur protégé, « il faut mettre un masque. Une guitare décontaminée reste dans le service. » Les musiciens sont  intermittents du spectacle, intervenants dans des crèches, font partie de groupes ou d'un orchestre. Ils sont rémunérés s’ils le souhaitent et s’impliquent aussi dans le bon fonctionnement associatif. Au total Euphonie réunit une équipe de six à huit musiciens.

Appel

Euphonie recherche des bénévoles, mélomanes, pour le fonctionnement de l'association. Bénéficiant de subventions publiques et privées, l'association accepte aussi les dons de particuliers. « On remercie les particuliers qui souhaiteraient soutenir notre action », souligne Christine Fourrier. L'objectif est de conduire nos propres projets pour garder une certaine autonomie par rapport aux subventions. » L'association a publié trois albums de chansons « Toc, Toc » et « Clochi Clocha ». L'un est épuisé : « Voyager, Voyager ». Les CD sont disponibles au siège de l'association. Contact : 02 99 83 99 34 ou  www.euphonie.org 



Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Marché colonial

Toi, viens, toi dehors... Sur les bords de la Méditerranée, une nouvelle place du marché est née. Des femmes et des hommes épuisés par un horrible voyage attendent. Des fonctionnaires français passent, s'arrêtent, choisissent : ils font leur marché selon les besoins en main d'œuvre décrétés par le gouvernement. Jadis la France est allée coloniser et spolier l'Afrique. Puis les Total, Bolloré et consorts ont continué à piller ses ressources en soutenant des dirigeants corrompus. Aujourd'hui, en renouant avec les « quotas » des années 30, l'ancienne puissance coloniale pille ouvertement le savoir-faire des pays africains, ce qui va les enfoncer un peu plus. Après les ingénieurs et médecins par milliers, les ouvriers qualifiés. Mais il y a là du matériel électoral pas cher et payant. Créer ces quotas suggère que les immigrés nous envahissent. Durcir l'aide médicale insinue qu'ils abusent. C'est faux, ignoble, mais ça éclipse les retraites, urgences ou assurance chômage. Et en faisant de nouveau du Sarkozy, qui prônait les quotas en 2008, Macron met la droite au supplice : « Nous aussi, on nous pille ! » C'est ça le pire.

Michel Rouger

08/11/2019

Nono












Partenaires