Vu, Lu, Entendu...

04/04/2020

« Danser sa peine, la danse derrière les barreaux » de Valérie Müller


À la prison de Baumettes, à Marseille, le chorégraphe Angelin Preljocaj anime pour la première fois un atelier de danse avec des détenues. Son objectif : monter un spectacle inédit, qui sera donné devant des centaines de personnes, à Aix-en-Provence et à Montpellier.


danser_sa_peine.mp3 Danser sa peine.mp3  (1.22 Mo)

« Danser sa peine », documentaire très émouvant à revoir en replay, sur France 3, jusqu’à fin avril.

Valérie Müller a suivi la troupe pendant quatre mois, des premières répétitions jusqu’aux représentations. Malika, Annie, Sylvia, Sophia et Litale se livrent sur la dureté de la détention. La danse, dans leur quotidien fait de restrictions et de contraintes, est « un pied de nez aux barreaux », confie Sylvia. Dans les premières séquences, la libération des corps est tangible, filmée par une caméra sensuelle et pudique à la fois, qui excelle à capter la reprise de la confiance, l’émergence du plaisir.

Question centrale : le regard

D’un même mouvement, la danse et la prise de parole semble peu à peu émanciper les femmes de leur statut de détenues. Dans ce film, la question du regard est centrale. Il y a celui que pose sur elles Angelin Preljocaj, qui les pousse à "briser le plafond de verre", celui de la réalisatrice, qui brise les carcans et ferait presque oublier que ces femmes sont incarcérées. Dans la salle -sans surveillant- où Preljocaj les laisse improviser, elles expérimentent une forme de liberté.

Annie, aujourd’hui libre, a donné lieu à un documentaire en 2019, après son procès. Psychologue clinicienne, mère de trois enfants, après 15 ans de violences conjugales, un jour que son mari tentait de l’étouffer, elle l’a tué. « Jusqu’à ce que la mort nous sépare »….
 
Télérama, du 21 mars : « Chacune, à sa façon, a trouvé les mots, pour exprimer ce qu’est le quotidien dans un univers répressif où elles ne contrôlent rien et dépendent des surveillants à tous les niveaux. "On est dégradées, estime Annie, menées d’un endroit à un autre dans une totale perte d’autonomie." L’atelier et le tournage les préparent à se réapproprier leur être, leur image, à se projeter dans l’avenir. »
 
A REVOIR ICI

S.L.H.



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique
1 2 3 4 5 » ... 12


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires