Le billet

17/07/2013

Chuut...



Ce 17 juillet, le gouvernement a lancé une révolution bureaucratique : une non-réponse de l'administration équivaudra à un oui. « Silence vaut accord », tel est le principe. Souhaitons qu'aucune demande de port d'arme ne tombe sur un fonctionnaire distrait ! Mais attendons, sans impatience, les textes d'application. Et, présentement, dans la torpeur de cet été radieux, laissons plutôt monter en nous l'opportune pensée : « Silence vaut accord. » Fermer les écoutilles. Poser enfin un silencieux sur le chien de ma voisine et sur ces piaillardes mouettes de Saint-Malo. S'arrêter. Méditer. Zen, je suis zen, je suis silence, tout est accord en moi et autour de moi. Ainsi à vide, repartir à la plage à l'heure où le soleil se couche, où les pipelettes s'éloignent. S'asseoir sur le rocher. Et, oubliant la radio, les calembredaines des Tapie et des Guaino, regarder le fond de l'eau pour mieux entendre remonter le chant des bigorneaux...

Michel Rouger




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires