Vu, Lu, Entendu...

02/07/2020

"Ceux d'en face" : un film à revoir sur la vie de part et d'autre des "murs-frontières"



ceux_d__en_face.mp3 Ceux d'en face.mp3  (758.01 Ko)

Le film date de 2009 mais il n'a rien perdu de sa force tant les murs-frontières, à l'image de celui que Trump s'évertue à construire entre le Mexique et les États-Unis, ont continué à s'élever et à diviser les populations. Le réalisateur rennais Franck Beyer est allé rencontrer les gens ordinaires qui vivent dans l'endroit le plus extraordinaire de la frontière mexico-états-unienne.

Un mur de fer et de béton sépare les deux villes jumelles de Tijuana et San Diego. « Ceux d’en face », en accès libre sur la plate-forme bretonne BED,  nous plonge dans l’univers de familles victimes de cette frontière qui alimente toutes sortes de pensées.  Durée : 53 min. Production : Les Films de l’Autre Côté.
 

"La caméra qui brise les murs" : une rencontre entre les jeunes des deux villes

En novembre 2010, Histoires Ordinaires a raconté, sous la signature de Marie-Anne Divet, une autre rencontre de part et d'autre de ce mur.

Pendant l’été 2008, à  Tijuana et de San Diego, des enfants de chaque ville, avec l’aide et l’encadrement de jeunes artistes et d’étudiants, ont produit un court métrage d’animation sur le thème ”L’autre coté de la ligne ”. Un projet auquel ont participé plus de cinquante personnes des Etats-Unis, du Mexique et de France.

Dans cet article titré La caméra qui brise les murs, Histoires Ordinaires présente le portrait de son initiateur, Yvon Guillon. 
 



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique
1 2 3 4 5 » ... 12


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires