Vu, lu, entendu... Citoyenneté / Libertés

20/02/2014

Ces enfants de la Réunion déportés en Creuse




La stèle érigée à l'aéroport Rolland-Garros de La Réunion
La stèle érigée à l'aéroport Rolland-Garros de La Réunion
La France a officiellement reconnu mardi 18 février la déportation en métropole d'enfants réunionnais, ceux que l'on a appelé "les enfants de la Creuse". Une histoire profondément (in)humaine, celle de quelque 1600 enfants arrachés à leurs familles de 1963 à 1981, à l'initiative de Michel Debré, à peine élu député de La Réunion, qui prétendait aider ainsi au repeuplement de départements métropolitains en voie, comme la Creuse, de désertification.
 
On avait fait miroiter aux familles un avenir plein de promesses, à commencer par des études : en réalité,  les jeunes se sont retrouvés avec un grand sentiment d'abandon, dans ce qui était pour eux comme un pays étranger, la France métropolitaine, sans aucun espoir de rejoindre dans un délai raisonnable leurs proches et leur terre. 
 
Le 18 février, à l'initiative du groupe socialiste, l'’Assemblée nationale a reconnu la «responsabilité morale» de l’Etat dans cette migration forcée. La résolution (qui n'ouvre pas droit à réparations) a été adoptée par 125 voix contre 14, l'ensemble de la gauche a voté pour, l'UMP contre, l'UDI n'a pas pris part au vote. 

Cette reconnaissance a donné lieu à divers émissions et reportages, ainsi dans le magazine Interception de France Inter




Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono