Vu, Lu, Entendu...

06/02/2020

Boza, le périple d’un adolescent migrant à la conquête de sa liberté


« Tu veux savoir ce qui m’a conduit à prendre la route de l’exil à quinze ans ? D’accord, je vais tout te confier et tu vas être renversé. Tu es prévenu ! Mes mots seront durs, car la réalité est brutale. Mais je vais aussi te faire rire, je suis beau gosse et j’ai la tchatche. Je te demande une seule chose : ne me juge pas, ça n’a pas de sens d’appliquer ta morale à ma vie. »


Boza, le périple d’un adolescent migrant à la conquête de sa liberté
boza.mp3 Boza.mp3  (1.14 Mo)

Faire un « Boza », cela veut dire, passer en Europe, et c’est le rêve du jeune Ulrich Cabrel qui, à l’âge de 15 ans, décide de quitter son bidonville au Cameroun, dans la région de Douala. On est en juillet 2016. Ulrich va parcourir quelque neuf mille kilomètres avant de découvrir la Bretagne. Le voyage est long et semé d’embûches. Abandonné par un passeur aux portes du Niger, il affronte ghettos et déserts, rejoint des jeunes déshérités au Maroc qui vont l’aider à franchir ce fameux « monstre à trois têtes », le nom qu’ils ont donné aux barrières qui séparent l’Afrique de l’Europe.
 
Un regard inédit sur les réalités migratoires

Puis, en octobre 2017, il est accueilli à Saint-Brieuc, par Etienne Longueville, fonctionnaire, âgé de 32 ans, qui intervient bénévolement dans une association accueillant les jeunes réfugiés. L’homme est séduit par la force du jeune garçon et décide avec lui, d’écrire un livre, sous une forme romancée, pour retracer l’aventure d’Ulrich. Tous deux nous offrent « un regard inédit sur les réalités migratoires. La verve des personnages et l’humour du narrateur contrastent avec les enfers qu’ils traversent, offrant à ce roman d’aventures une tonalité et un rythme captivants. »

« J'ai des frissons quand je regarde ce livre, confie Ulrich au micro de France Bleu Armorique. Il y a tout dedans, vraiment c'est le plus grand projet de ma vie. » Ulrich est aujourd'hui lycéen en terminale scientifique à Saint-Brieuc. Toujours sans papier, il espère obtenir son titre de séjour, "sans cela, c'est retour à la case départ".
 
Boza, février 2020
de Ulrich Cabrel et Etienne Longueville
Prix : 19,50 €
édition Philippe Rey
Interview à découvrir sur France Bleu Armorique ICI
 



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique
1 2 3 4 5 » ... 10


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Paravents

La bêtise d’un médiocre candidat à la mairie de Paris, piégé comme un adolescent par les réseaux sociaux, a occulté tous les malheurs du monde pendant quelques jours. Les écrans font écran plus que jamais à l’essentiel suivant les mœurs américaines où les frasques sexuelles d’un président fait davantage scandale que la plus horrible des guerres. Pour autant, jusqu'où va le droit à la vie privée ? Faut-il laisser nos modernes barons et baronnes en juger eux-mêmes en n’ouvrant leurs paravents pudiques que pour poser avec conjoint et enfants sur Paris Match ? Regretter le temps où un Président pouvait entretenir maîtresse et enfant des années durant aux frais de la République ? La transparence sur la vie privée a aussi du bon et il est heureux qu’elle progresse. Qu’elle envoie lundi devant la Justice un leader politique et son épouse qui, derrière le même paravent, faisaient de l’argent public une rente juteuse.

Michel Rouger 

20/02/2020

Nono












Partenaires