Le billet

Bêtise démocratique


05/07/2012




Mardi à l'Assemblée. Le Premier Ministre expose son projet pour les cinq ans à venir. À droite, des rangs de l'UMP, surgissent cris, huées, raffut. Un chahut incessant. Il y avait déjà le cirque télévisé hebdomadaire mais là, pour ce moment démocratique fort, dans une France en crise, c'est le bouquet. Aux collégiens mal élevés, le modèle de vieux députés imbéciles. Aux jeunes dépolitisés, le signal fort de notables bouffons. Est-ce la « justice fiscale » qui les rend fous ? Pourtant, le richissime mais patriote François Pinault soutient bien François Hollande : ça ne doit pas être très grave ! Ou est-ce la fierté de leur échec total : budgétaire, social, moral, et pour finir électoral ? En fait, ces députés UMP se découvrent soudain opposants. La démocratie est un art dans lequel ils ont, semble-t-il, tout à apprendre.

 
Michel Rouger  





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

Khartoum - 06/06/2019

​Arithmétique - 30/05/2019

Espèce en danger - 08/05/2019

Vote bleu - 01/05/2019

​Progressons - 11/04/2019

​Tweetons un peu - 04/04/2019

Saintes chapelles - 21/03/2019

​Hécatombes - 14/03/2019

J - 7 - 07/03/2019

​Algérie, suites - 28/02/2019

Déraciner la haine - 20/02/2019

​« Liberté ! » - 06/02/2019

​Patrons en lutte - 30/01/2019

L'espoir, enfin - 25/01/2019

​2018, la révolte - 13/12/2018

1 2 3 4 5 » ... 17


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono

Newsletter