Vu, Lu, Entendu...

07/02/2020

Avec Mathieu Pattier et les autres photographes de l'expo Report’Images #3


L'expo photo Report’Images #3 organisée par le Club de la Presse de Bretagne poursuit sa route. Après Rennes et Saint-Malo, elle arrive à Brest le 21 février. L'expo rassemble quatre-vingts clichés de dix photographes. Prix "Coup de cœur du public" pour son reportage « Frontière à Bihac », Mathieu Pattier expose par ailleurs à Saint-Jacques de la Lande du 17 au 28 février et échangera avec le public le 24.


Avec Mathieu Pattier et les autres photographes de l'expo Report’Images #3
report__image.mp3 Report'Image.mp3  (1.57 Mo)

Quatre-vingts photos humanistes et engagées, prises ici et ailleurs, par dix reporters photographes : ainsi se présente la troisième édition de l'expo Report'Images organisée par le Club de la Presse de Bretagne. Gratuite, commentée sur podcasts, elle rassemble les reporters et les thèmes suivants : 
Gael Cloarec : Béni, la ville abandonnée des dieux.
Jean-Claude Moschetti : Lutte contre le projet d’aéroport à Notre Dame des Landes.
Martin Bertrand : Les jeunes skateurs de Ho-Chi-Minh.
Mathieu Pattier : Frontière à Bihac.
Simon Cohen : Ainsi soit îles …
Stéphane Delahaye : Mémoire du travail.
Vincent Gouriou : Promenons-nous.
Yann Peucat : Vacances sauvages.
Yves Monteil : Police, paysages et résistances.
Yves-Marie Quemener - Courir un monde sans limite.

Le coup de cœur du public : Mathieu Pattier

Avec Mathieu Pattier et les autres photographes de l'expo Report’Images #3
Par les dix : Mathieu Pattier. Diplômé d’une école de photographie, Mathieu Pattier est devenu photographe-reporter à l’agence Sipa Press. Ses pas l’ont conduit sur les parcours des réfugiés, les conflits en Ukraine, en Palestine ou au Donbass, « là où les armes ne se taisent jamais ». Il est aux côtés des indignés et peuples en lutte, Bonnets rouges, Notre-Dame-des-Landes, Sivens, Nantes, Gilets jaunes, opposants au Black friday… Ses photos paraissent dans Ouest-France, le Mensuel de Rennes mais aussi dans des titres nationaux comme Libération, Paris Match, L’Actu, Le Monde, Le Figaro, Direct Matin ou 20 Minutes… 

En novembre dernier, Mathieu Pattier recevait au Club de la presse de Rennes, le prix Coup de cœur du public, pour son reportage « Frontière à Bihac », Le public avait pu voter pour son reportage préféré via les réseaux sociaux du réseau Star Keolis. Mathieu Pattier propose un échange sur ses travaux avec le public à l’Epi Condorcet, à Saint-Jacques-de-la-Lande, le lundi 24 février, de 17 h 30 à 19 h (gratuit) dans le cadre d'une exposition organisée du 17 au 28. Voir son site ICI.

L'expo Report’Images #3 elle-même, après avoir commencé son parcours dans le métro rennais en octobre puis s'être déplacée à La Grande Passerelle à Saint-Malo qu'elle a quittée le 13 février, rejoint maintenant les Ateliers des Capucins à Brest. Vernissage le 21 février.  

 



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique
1 2 3 4 5 » ... 11


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​C’est la guerre

Tocsin. Mobilisation générale. "Nous sommes en guerre", a martelé six fois lundi soir le Président Chef des Armées. Tous aux abris ! Et bien entendu : on ne va pas, par désinvolture, filer la saloperie aux plus fragiles au risque qu’ils en meurent et d’aggraver la charge de travail des personnels soignants. Car l’ennemi pilonne durement nos services de santé inconsidérément fragilisés. Un peu comme nos bornés de généraux de 1914 avaient lancé des soldats en rouge/bleu horizon sous la mitraille allemande, nos gouvernants affaiblissent depuis des décennies nos hôpitaux. Avant que surgisse cette guerre, les héros célébrés aujourd’hui ont réclamé en vain des effectifs, des lits, des moyens suffisants. Ils se battaient depuis le 18 mars 2019, un an, impuissants comme nous tous devant la pandémie financière, dite parfois grippe américaine et en France CAC-40, qui n’est d’ailleurs pas pour rien dans celle du Covid-19. Mais regardons l’horizon. "Beaucoup de certitudes, de convictions sont balayées, seront remises en cause", a lancé lundi le chef de l’État. Après tout, après juin 40, il y eut mars 44, le programme du Conseil national de la Résistance, les Jours Heureux, la sécurité sociale pour tous, la solidarité collective. Ok, Général. En marche.

Michel Rouger
 

17/03/2020

Nono












Partenaires