Vu, Lu, Entendu...

02/07/2019

A lire : "1492, Anacaona, l'insurgée des Caraïbes"




L’Europe et l’Amérique vivaient de part et d’autre de l’océan, chacun ignorant l’existence de l’autre, jusqu’à leur rencontre en 1492, quand Cristobal Colón découvre les Antilles.

Anacaona règne alors sur un des royaumes d’Haïti. Elle et son peuple Taïno accueillent les Espagnols avec cordialité, amitié, respect. Mais les Espagnols mettent en place leur projet colonisateur : ils déstructurent la société Taïno, détruisent ses lieux de culte, lui imposent un nouveau mode de vie… Délibérément, ils exterminent un peuple et sa culture. Moins d’un siècle après cette Rencontre, les Taïnos ont totalement disparu d’Haïti et des Caraïbes – entraînant la déportation massive d’Africains pour servir de main d’œuvre.

Cinq siècles plus tard, l’esprit de résistance et la détermination d’Anacaona restent une source d’inspiration pour les peuples du monde entier.

« Bienvenue à Ayiti, la terre des hautes montagnes ! Je suis Anacaona, princesse et reine Taïno ; femme, fille et sœur heureuse, comblée par la vie… »

La mémoire enfouie de cette extermination n’a cependant pas disparu. Par la voix d’Anacaona, revivez l’histoire des Taïnos, premier peuple des Antilles – Guadeloupe, Martinique, Cuba, Porto Rico, et bien sûr Haïti…
On a déjà beaucoup parlé de cette conquête – mais par la voix des colons. Écoutons cette fois les colonisés : leurs tentatives d’adaptation, leur désespoir, leurs résistances. En racontant l’histoire d’Anacaona, de Caonabo, d’Ixil, de Chilam, c’est tout un peuple qui revient à la vie et entre dans les mémoires.

Les autrices
 
Paula Anacaona est éditrice, traductrice et auteure. Portant le pseudonyme de cette guerrière légendaire, elle a voulu écrire son histoire en mémoire de ces morts sans sépulture, victimes d’une politique de l’oubli et d’un projet colonial méprisant.

Claudia Amaral est illustratrice, à l’univers créatif multiple et  poétique. Des Tainos et de la cacique Anacaona, elle gardera la force et la détermination d’un peuple noble et entier

1492 Anacaona l’insurgée des Caraïbes, Editions Anacaona 192 pages grand format, 22 €
2019_07_04_1492_anacoana_l__insurgee_des_caraibes.wav 2019 07 04 1492 Anacoana l'insurgée des Caraïbes.wav  (28.87 Mo)


2019_07_04_debut_du_livre_1492_anacoana_l__insurgee_des_caraibes.mp3 2019 07 04 Début du livre 1492 Anacoana l'insurgée des Caraïbes.mp3  (31.02 Mo)





Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Méditation

La méditation étant devenue la recette du bonheur face aux brutalités du temps, méditons. Avons-nous suffisamment pensé à Jacques Chirac tous ces jours-ci ? Clairement non. A la fulguration surtout de 1995 sur « la fracture sociale » et ce qui s'en suivit, c'est-à-dire rien. Pourquoi rien ? Parce qu'il aimait les gens. La fracture s'aggrava mais les gens, sentant qu'il les aimait, l'aimèrent pour toujours, spécialement à sa mort. Aujourd'hui, le président aggrave aussi la fracture sociale. A partir du 1er novembre, la réforme de l'assurance chômage va jeter des dizaines de milliers de personnes dans la pauvreté. Mais s'il se faisait aimer en aimant autant les gens que Jacques Chirac, ça passerait. Pourquoi a-t-on besoin d'être aimé de notre monarque républicain ? Pour oublier ? A creuser à la prochaine méditation. 

Michel Rouger

02/10/2019

Nono












Partenaires