Vu, Lu, Entendu...

A Lire : "Des mots de tous les jours : liberté, égalité, fraternité"


02/02/2017



A Lire : "Des mots de tous les jours : liberté, égalité, fraternité"
L'association "Mémoires Vives en pays de Redon" vient de faire paraître Des mots de tous les jours : liberté, égalité, fraternité" réalisé à partir de vingt témoignages de citoyens et citoyennes appelés à dire ce que représentent pour eux les trois valeurs républicaines. Celles-ci s'incarnent ainsi dans le quotidien.

L'ouvrage vient couronner la démarche initiée par le député d'Ille-et-Vilaine Jean-René Marsac à la suite des attentats :  « La situation internationale et les agressions dont la France a été la cible en 2015 et 2016 doivent nous amener à réaffirmer les valeurs qui nous réunissent », a-t-il dit en lançant cette initiative qui se veut une « invitation à l'action et la réflexion ».

C'est dans cette démarche que s'inscrit aussi le blog Liberté, Egalité, Fraternité, qu'en disent les citoyens ? associé à Histoires Ordinaires, partenaire de l'opération avec Radio Laser

Les interviews ont été réalisées en 2016 par Tugdual Ruellan (voir son blog), avec Isabelle Le Chevalier, Rozenn Geffroy, Monique Pussat-Marsac, Jean-Yves Geffroy, Joël Regnault, Raphaël Schmidt, Marcel Lunel. A noter aussi la participation des élèves du collège Bellevue de Redon pour les dessins.

L'ouvrage est vendu 10 €, le bénéfice étant reversé à l'opération "Territoire zéro chômeur de longue durée" de Pipriac - Saint-Ganton.

Pour se procurer l'ouvrage, télécharger le bon de commande




Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Naufrage

Depuis une dizaine de jours maintenant, l'équipage de La Macronie souque ferme. Appelé en Méditerrannée pour secourir les 629 migrants de l'Aquarius chassés par les forbans parvenus à la barre de l'Italie, il s'est égaré en route. L'un des principaux officiers, le Breton Jean-Yves Le Drian, a cru voir l'Espagne "plus proche" que la France pour accueillir les malheureux, se trompant de quelque 180 milles nautiques (340 km). Du coup, ce sont les Espagnols, montrant l'exemple avec un bel ensemble à toute l'Europe, qui ont assuré le sauvetage. Depuis, l'équipage français rame pour ramener quand même une partie des migrants en France. Les socialistes bretons, eux, sont affligés. Leur chef historique agrégé d'histoire a perdu sa géographie, son histoire son socialisme et son ciré jaune. Ils se préparent à aller déposer des ex-voto dans leurs chapelles : "A notre capitaine qui nous a quittés sans retour en embarquant sur La Macronie."

Michel Rouger

21/06/2018

Nono