Vu, Lu, Entendu...

27/06/2018

A Douarnenez, 40 ans de cinéma et de diversité

"Les yeux grands ouverts", un ouvrage de Gérard Alle et Caroline Troin


Une façon de regarder le monde, une philosophie du vivre ensemble, telle est la démarche portée depuis 40 ans par le Festival de cinéma consacré aux minorités à Douarnenez. Il fallait qu'un livre raconte cette riche histoire. Il sort en librairie le 29 juin. Son titre : "Les yeux grands ouverts". Ses auteurs : Gérard Alle et Caroline Troin, deux grands acteurs du festival.



A Douarnenez, 40 ans de cinéma et de diversité
En 1978, une vingtaine de cinéphiles, militants de l'éducation populaire, organisent un festival de cinéma dédié aux minorités nationales avec une double vocation qui, quarante ans après, reste toujours d'actualité : d'une part, faire découvrir les peuples invités à travers leur cinématographie et d'autre part, offrir un panorama de la production bretonne. 

 A Douarnenez cette année-là, le peuple québecois est à l'honneur; le parti québecois qui prône la souveraineté, vient de gagner les élections.  Le succès est tel que l'aventure se poursuit en 1979 avec les Amérindiens. Le Festival des minorités nationales devient en 1989 le Festival de Cinéma de Douarnenez.  

Ce changement de nom marque alors la volonté de distinguer l'affirmation d'une identité des dérives nationalistes. Le festival anticipe ainsi  l'éclatement de la Yougoslavie. Il s'avère encore précurseur lorsqu'en 1986, les Catalans suscitent des débats qui agitent l'Espagne aujourd'hui. Ainsi que le disait une réalisatrice Amérindienne « Je suis optimiste, on va vers un endroit où l'on n'est jamais allé. » 

Et chaque année depuis quarante ans, passer une semaine à Douarnenez, au mois d'août, contribue à rendre optimiste le reste du temps. Non que le Festival de cinéma se livre à un récit enchanteur du monde, loin de là, mais l'on y rencontre "en vrai" et à l'écran des personnes appartenant à des peuples qui  ne figurent pas au palmarès des gagnants  mais qui ne perdent jamais  l'énergie de se battre.

A Douarnenez, 40 ans de cinéma et de diversité

Yiddish, Kurdes, Inuits, Berbères, Rroms, LGBTQI, sourds…

Ici, les VIP n'existent pas.  Les invités, professionnels du 7ème art de tous les continents sont hébergés par des bénévoles et  passent plusieurs jours au festival. La convivialité règne dans cet espace unique en France où se vit l'utopie d'un monde sans racisme et sans condescendance. Les réalisateurs Amos Gitaï, Tony Gatlif, Robert Guédiguian, Rity Panh  et de nombreux autres moins connus y ont montré leurs films et surtout on a pu discuter avec chacun lors des débats du matin à la MJC ou sur la place autour d'un verre.   

Au cinéma sont associées politique, littérature, musique. La parole est donnée à des minorités culturelles - Yiddish, Kurdes, Inuits, Berbères, Rroms -  sexuelles - LGBTQI- , aux sourds. Le festival est aussi la vitrine du cinéma et de l'audiovisuel bretons dont il a encouragé l'émergence. En 2018, la commission a reçu 106 films; elle en a choisi 29 qui seront projetés tout au long de la semaine.

Le  livre  de Gérard Alle et Caroline Troin, remarquablement édité par Locus Solus, se lit comme un roman, celui d'une  exceptionnelle aventure collective, humaine, artistique, politique et engagée d'un Festival qui non seulement fait penser mais peut faire bouger les vies. 

De quatre à six pages sont consacrées à chaque année. Des cahiers hors-texte en couleur d'affiches, de photos accompagnent  le récit. L'on y reconnaîtra toutes celles et tous ceux qui ont fait le festival et lui ont insufflé une énergie rare : réalisateurs, salariés,  bénévoles. 

Un tel ouvrage manquait tant au  rayon cinéma des librairies et des bibliothèques qu'au cœur des festivaliers de plus en plus nombreux chaque année.

Paula Fourdeux.

"Les yeux grands ouverts", de Gérard Alle et Caroline Troin, Ed. Locus Solus. 25 €.

Le prochain festival, du 17 au 25 août, est consacré aux "Peuples des Congos". Voir le site du festival

A relire sur Histoires Ordinaires, le portrait de Caroline Troin
A Douarnenez, 40 ans de cinéma et de diversité



Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Marché colonial

Toi, viens, toi dehors... Sur les bords de la Méditerranée, une nouvelle place du marché est née. Des femmes et des hommes épuisés par un horrible voyage attendent. Des fonctionnaires français passent, s'arrêtent, choisissent : ils font leur marché selon les besoins en main d'œuvre décrétés par le gouvernement. Jadis la France est allée coloniser et spolier l'Afrique. Puis les Total, Bolloré et consorts ont continué à piller ses ressources en soutenant des dirigeants corrompus. Aujourd'hui, en renouant avec les « quotas » des années 30, l'ancienne puissance coloniale pille ouvertement le savoir-faire des pays africains, ce qui va les enfoncer un peu plus. Après les ingénieurs et médecins par milliers, les ouvriers qualifiés. Mais il y a là du matériel électoral pas cher et payant. Créer ces quotas suggère que les immigrés nous envahissent. Durcir l'aide médicale insinue qu'ils abusent. C'est faux, ignoble, mais ça éclipse les retraites, urgences ou assurance chômage. Et en faisant de nouveau du Sarkozy, qui prônait les quotas en 2008, Macron met la droite au supplice : « Nous aussi, on nous pille ! » C'est ça le pire.

Michel Rouger

08/11/2019

Nono












Partenaires