Le billet

20/12/2017

8



Les médias, qui adorent raconter l'actualité passée, devraient adorer la commémorite aigüe qui s'annonce en 2018. Derrière Emmanuel Macron et le fidèle Laurent Delahousse, préparons-nous à revivre les 100 ans de la Victoire sur les Allemands, l'issue glorieuse de la Grande Boucherie nationaliste (avant de fêter l'année suivante le formidable Traité de Versailles). À célébrer avec les derniers gaullistes les 60 ans de la V° République. À exalter avec Daniel Cohn-Bendit les 50 ans de Mai 68, ses rêves et ses conquêtes (ou, si l'on préfère la réaction, les 50 ans de Juin). À de nouveau chanter 20 ans après I Will Survive avec les champions du monde de foot, Zidane et la France « black-blanc-beur » qui a tant rayonné depuis dans les banlieues. Cependant, s'il faut un seul drapeau, choisissons plutôt 1948, les 70 ans de la Déclaration universelle des Droits Humains, aussitôt et toujours bafouée en Palestine et autres lieux mais moderne plus que jamais, nécessaire pour penser et agir. Bonne Année ! 

Michel Rouger

8.mp3 8.mp3  (1.72 Mo)




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires