Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

2014


02/01/2014

Une fois l'an, survient un très bref moment magique, laïque, universel, où deux mots gratuits, spontanés, bienveillants, s'envolent par milliards vers les proches, les amis - vous, ici, lectrices et lecteurs d'Histoires Ordinaires - les voisins, et même la multitude des passants. « Bonne Année ! » Soldons les vœux publicitaires de pères Noël en gros sabots louchant sur notre porte-monnaie. Gardons le rêve, l'espoir. À l'aube d'une année nouvelle, tous les possibles renaissent. D'inventer, résister, s'épauler, déplacer les lignes chacun et ensemble comme vont continuer à le montrer ici chaque semaine de multiples irréductibles. « Surtout, surtout, disons à nos enfants qu’ils arrivent sur terre quasiment au début d’une histoire (…) Quel plus riche héritage pouvons-nous léguer à nos enfants que la joie de savoir que la genèse n’est pas encore terminée et qu’elle leur appartient. » Signé Ariane Mnouchkine. Il faut lire ses voeux, ils sont d'une force superbe.

Michel Rouger





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique
< >

Mercredi 20 Octobre 2021 - 07:35 L'audace

Jeudi 14 Octobre 2021 - 05:30 Errance zemmourienne

Jeudi 7 Octobre 2021 - 07:26 Pandore

Vendredi 1 Octobre 2021 - 07:54 Au nouveau pourboire

Le billet | Nono | Vu, Lu, Entendu... | Covid | Rebelles du Monde | Solidaires | Engagés | Passionnés | Vie du site | Exclusion : 30 personnalités témoignent | Je suis Charlie | English version | Teatro e dança | La Lettre d'Histoires Ordinaires