Le billet

2013


27/12/2012




Et si 2013 était une bonne année ? C'est à souhaiter ! Et pas seulement pour le vin, élément essentiel mais quand même secondaire de la soif absolue : le bonheur de l'humanité. Bonne Année à vous qui avez adhéré ces dernières semaines à l'association Histoires Ordinaires et à celles et ceux qui les rejoignent ces jours-ci : grâce à ce soutien, des pigistes ajouteront en 2013 leurs reportages à ceux des bénévoles de l'équipe. Bonne Année à nos milliers de lectrices et lecteurs, fidèles ou de passage, qui cueillent, pour aller la partager avec d'autres, l'énergie de ces gens ordinaires pas banals qui peuplent le site. Bonne Année à tous. « Et d'abord la santé ! », comme on dit le 31 décembre à minuit, entre guirlandes et champagne. Sans penser à ceux qui vont la perdre en 2013 au Kivu,en Syrie, en Palestine, dans nos rues...

Michel Rouger 






1.Posté par patrick le 28/12/2012 14:05
Bonne année 2013, à l'équipe d'Histoires Ordinaires

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

​UIPP - 31/01/2020

Etiquettes - 23/01/2020

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

​Juste - 05/12/2019

​​Vendredi culte - 27/11/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

1 2 3 4 5 » ... 18


Le billet de la semaine

Virus

Panique. Nous sommes cernés. Il attaquait par l’Est, il arrive par le Sud. Les Bourses ont la fièvre, l’économie mondiale chancelle et dans les foyers, la moindre toux devient suspecte. Le rationnel perd ses défenses immunitaires. Bientôt va surgir une infox virale sur internet : la fin du monde approche. En fait, s’il faut bien sûr l’enrayer, le coronavirus n’est pas très méchant pour les corps, bien moins que la grippe qui, bien que peu violente, a déjà fait quarante morts cet hiver. Il atteint surtout  les esprits. Il s’y niche, mue, réveille les virus à l’affût : le racisme, le sensationnel, l’anxiogène. Lesquels, à leur tour, génèrent un virus redoutable : l’oubli. Sur Idlib, il pèse aussi lourd que les bombes. Dommage pour les enfants, les femmes et les hommes prisonniers de l’enfer : si le coronavirus arrivait jusque là, peut-être... 

Michel Rouger

26/02/2020

Nono

Newsletter