Le billet

​Tweetons un peu


04/04/2019




Au nom de la loi contre les fake news, Twitter a bloqué la campagne du gouvernement #Ouijevote incitant à s'inscrire sur les listes électorales pour les Européennes du 26 mai ! Infox ? Non. Véridique. Et ahurissant comme un tweet de Trump, l'as du gazouillis. Pour de vrai, les cerveaux de la firme californienne ne savent pas distinguer un tweet terroriste d'un tweet démocratique. Qui, quand, quoi, où, comment, pourquoi... ces questions de tout bon journaliste et tout bon citoyen les dépassent. Twitter vend simplement nos profils par millions pour faire des profits par milliards. Trop court, direz-vous : l'économie, l'information, la démocratie sont choses complexes. Mais c'est ainsi aujourd'hui : la réflexion atteint vite fait la limite d'un tweet.

Michel Rouger

tweetons.mp3 Tweetons.mp3  (1.42 Mo)





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​Montez ! - 13/06/2019

Khartoum - 06/06/2019

​Arithmétique - 30/05/2019

Espèce en danger - 08/05/2019

Vote bleu - 01/05/2019

​Progressons - 11/04/2019

Saintes chapelles - 21/03/2019

​Hécatombes - 14/03/2019

J - 7 - 07/03/2019

​Algérie, suites - 28/02/2019

Déraciner la haine - 20/02/2019

​« Liberté ! » - 06/02/2019

​Patrons en lutte - 30/01/2019

L'espoir, enfin - 25/01/2019

​2018, la révolte - 13/12/2018

La panne - 06/12/2018

Chaussée glissante - 15/11/2018

1 2 3 4 5 » ... 17


Le billet de la semaine

​Montez !

Sitôt passée la station Europe, les cars Macron ont pris la route pour aller ramasser les élus de droite et du centre inquiets pour leur siège à neuf mois des élections municipales. Allez, montez ! Et hop, 72 politiciens ont grimpé, regardés l'œil mauvais par leurs rivaux plus rapides qu'eux en macronie. Celle-ci est plus que jamais un hall de gare où se croisent tous les ex : ex-gaullistes, ex-chiraquiens, ex-giscardiens, ex-radicaux, ex-socialistes, ex-mitterrandiens, ex-rocardiens, ex-Verts... Un parti d'ex, centriste, ou plutôt excentrique, qui roule en zigzag,  jusqu'ici à droite, maintenant soudain à gauche."Le capitalisme est devenu fou", a lancé mardi le Président en stigmatisant la "captation des richesses par quelques-uns". Une seconde, on a cru qu'il allait entonner Debout, les damnés de la terre  et rétablir l'impôt sur la fortune pour les gros actionnaires. Mais non. Dans le car, les 72 élus de droite sont rassurés. Ils peuvent même se réjouir : ce coup de volant à gauche peut aider à ravir des villes aux socialistes.

​Michel Rouger

13/06/2019

Nono

Newsletter