Le billet

​Tweetons un peu


04/04/2019




Au nom de la loi contre les fake news, Twitter a bloqué la campagne du gouvernement #Ouijevote incitant à s'inscrire sur les listes électorales pour les Européennes du 26 mai ! Infox ? Non. Véridique. Et ahurissant comme un tweet de Trump, l'as du gazouillis. Pour de vrai, les cerveaux de la firme californienne ne savent pas distinguer un tweet terroriste d'un tweet démocratique. Qui, quand, quoi, où, comment, pourquoi... ces questions de tout bon journaliste et tout bon citoyen les dépassent. Twitter vend simplement nos profils par millions pour faire des profits par milliards. Trop court, direz-vous : l'économie, l'information, la démocratie sont choses complexes. Mais c'est ainsi aujourd'hui : la réflexion atteint vite fait la limite d'un tweet.

Michel Rouger

tweetons.mp3 Tweetons.mp3  (1.42 Mo)





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​Progressons - 11/04/2019

Saintes chapelles - 21/03/2019

​Hécatombes - 14/03/2019

J - 7 - 07/03/2019

​Algérie, suites - 28/02/2019

Déraciner la haine - 20/02/2019

​« Liberté ! » - 06/02/2019

​Patrons en lutte - 30/01/2019

L'espoir, enfin - 25/01/2019

​2018, la révolte - 13/12/2018

La panne - 06/12/2018

Chaussée glissante - 15/11/2018

Les vieux - 16/10/2018

​Quartier sensible - 04/10/2018

​L'œuf - 27/09/2018

​Le vieux Marcheur - 20/09/2018

1 2 3 4 5 » ... 16


Le billet de la semaine

​Notre-Dame de Palmyre

Nous pleurions lundi soir en voyant une part de notre histoire, de notre culture, de nous-mêmes, dévorée par le feu de l'enfer. Mais nos larmes sèchent déjà. C'était un accident, le monument a résisté, l'argent afflue vers la riche Paris. Nous reconstruirons, a dit le Président. Des grandes orgues et de milliers de poitrines jaillira, dans quelques années, un vibrant Alleluia. Douleur infime. Tellement éloignée de la douleur des Syriens, Kurdes, Irakiens, Afghans qui pleurent pour toujours la perte des Notre-Dame de Palmyre, de Mossoul, d'Alep, de Racca, de Bâmiyân : cités antiques, mosquées, églises, temples et statues... perdus à jamais non par accident mais par la haine d'une armée d'humains, leurs propres frères, fanatisés par un dieu fou. Depuis lundi soir, les Français peuvent seulement effleurer leur malheur pour, désormais, ne pas les oublier. 

Michel Rouger

 

18/04/2019

Nono

Newsletter