23/10/2014

​Total



Toujours chaud bouillant, le militant travailleur socialiste Gérard Filoche  n'y a pas été de main morte devant la dépouille du Pdg de Total Christophe de Margerie.  « Suceur de sang »... Un excès de détestation totalement déplacé. Mais la louange a aussi approché l'outrance. Sitôt tombée la nouvelle, un baril d'éloges s'est répandu sur les esprits. Chez les politiques et les journalistes, c'est à qui acclamerait le mieux le patron jugé d'exception. Pourtant, bizarrement, personne n'aura pu extraire de cette nappe rose recouvrant complaisamment bien des accusations contre la compagnie, une idée, un choix, de ceux qui font les grands stratèges ou les visionnaires. Il suffirait donc aujourd'hui d'être jovial, sympathique, médiatique pour entrer dans l'Histoire. En fait, le patron d'une multinationale du pétrole, par ailleurs première entreprise française, est simplement décédé accidentellement. C'est beaucoup et c'est peu, finalement, au total.

Michel Rouger   



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

Moderna - 08/04/2021

Poison - 31/03/2021

​Ouvrons l’œil - 18/03/2021

​Condamnés - 02/03/2021

​Les Martiens - 24/02/2021

Chocolat - 17/02/2021

Chaud-froid - 10/02/2021

​Désobéir - 27/01/2021

​Séparatisme - 19/01/2021

​Les Réseaux - 14/01/2021

Les artistes - 17/12/2020

​Climat(s) - 10/12/2020

​Capitalisme bio - 03/12/2020

​Essentiel - 26/11/2020

1 2 3 4 5 » ... 23






Le billet de la semaine

Poison


La Justice a enfin tranché. Les laboratoires Servier sont condamnés. Pour la mort de 1 500 à 2 000 personnes empoisonnées par le Mediator et pour les souffrances infligées à des milliers d’autres, ils devront verser quelques heures de leur chiffre d’affaires. Quant aux dirigeants, cadres ou experts accusés, ils sont repartis libres avec leurs gardes du corps dans leurs voitures aux vitres teintées. Plus clément que la procureure, le tribunal leur a épargné la prison ferme. Dans la France du XXIe siècle, les juges, qui envoient le petit peuple à tour de bras dans des prisons indignes, restent pétrifiés à l’idée d’enfermer un puissant dans une cellule aménagée. Inébranlable justice de classe. Un vrai poison dans une société déjà peu confiante envers ses institutions. Pour rattraper l’iniquité, reste plus qu’à décider d’un plan médiator transformant la prison ferme en prison avec sursis pour les milliers de détenus non condamnés pour homicides involontaires. 

Michel Rouger
20210401_poison.mp3 20210401 Poison.mp3  (1.11 Mo)


31/03/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires