Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
11/02/2016

​Merci patron



A table, le soir, il y a souvent état d'urgence chez des milliers de salariés du privé mais de cette urgence-là, le Président n'a pas parlé jeudi à la télé. Trop de boulot, trop d'heures non payées, trop d'abus. Ou carrément licencié « sans cause réelle et sérieuse » comme disent les Prud'hommes. Il y a bien ce recours, mais à quoi bon ? Ça prend des années. L'État piétine la règle européenne qui dit que « toute personne a le droit d'être jugée dans un délai raisonnable  ». En 2012, il a été condamné, rien n'a changé. 200 salariés l'attaquent de nouveau cette semaine, qu'est-ce que ça changera ? Le principal, c'est d'avoir un boulot, non ? Dites merci patron. Quand même :  si on macronise le Code du Travail, on peut peut-être en échange donner plus de moyens aux Prud'hommes ? Une sorte de contrat. « Quoi ? Un contrat ! »

Michel Rouger



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

Soldes - 20/01/2022

Le cochon - 13/01/2022

Merdique - 06/01/2022

Le trompettiste - 16/12/2021

Une tuerie - 09/12/2021

Fin de mois - 02/12/2021

Ils étaient 27 - 25/11/2021

​Les - 17/11/2021

Greenwashing machine - 04/11/2021

Choix mortels - 28/10/2021

L'audace - 20/10/2021

Errance zemmourienne - 14/10/2021

Pandore - 07/10/2021

Au nouveau pourboire - 01/10/2021

Quoi ? ! - 20/09/2021

Piqûre de rappel - 16/09/2021

Risque de récidive - 18/08/2021

1 2 3 4 5 » ... 24

Le billet | Nono | Vu, Lu, Entendu... | Covid | Rebelles du Monde | Solidaires | Engagés | Passionnés | Vie du site | Exclusion : 30 personnalités témoignent | Je suis Charlie | English version | Teatro e dança | La Lettre d'Histoires Ordinaires | Nos lectrices et lecteurs publient