Le billet

​Lumière !


04/12/2014




À Lyon, ce week-end, a lieu la grande Fête des Lumières. Franchement, « Merci Marie », comme il est affiché là-haut, sur la colline de Fourvière, en lumière céleste. L'éclairage public ne saurait nous suffire. Les temps, en effet, sont de nouveau bien sombres. Certes, la peste n'est plus, mais comme les canuts avant leur révolte, nous marchons tête basse sous un ciel si bas, si bas. Les responsables politiques ne sont toujours pas des lumières. Un conseiller de l'actuel Président vient encore de démissionner. L'ancien Président est revenu énerver le pays. Ici, à Lyon, samedi dernier, l'extrême droite enthousiaste a ovationné sa cheffe. C'est sinistre. Et aucune lueur n'apparaît à l'horizon. Seul l'argent brille pour quelques-uns. Au moins, que la lumière artificielle soit. Pour retrouver de l'énergie, embrasons nos villes. Faisons chauffer nos centrales nucléaires. C'est de luminothérapie dont nous avons besoin, aujourd'hui, Vierge Marie.  

Michel Rouger






1.Posté par Bonnier Hubert le 05/12/2014 17:15
Venu du grand hiver suédois on l'on se perd et meure de froid dans la neige et le vent si l'on égare ses pas , la tradition encore a ce jour veut qu'une chandelle reste allumée toute la nuit a l'une des fenêtres de chaque maison. (Aujourd'hui appartement et veilleuse électrique).La lumière est source de chaleur , de guide , de paix pour certains, de vie pour tous .

Un de nos siècle passés fut celui des lumières, mais je tremble de deviner le 21 eme comme celui de l'obscurantisme .

On coupe des tètes au nom de dieu, bâtit des colonies au nom d'une terre, couvre des ignominies et caches des crimes, asservi les femmes et piétine les plus faible. Les positions se radicalisent, dogmes en étendards les imbéciles ont pris le pouvoir et les penseurs se terrent.

N'avons non pas pourtant a ce jour les outils , scientifique et de communication, de mettre a jour la bouffonnerie sur lesquels reposent toute les religions et l'instrumentalisation qui en a été faite .
Pourtant jamais leur influence de leur coté obscure n'a eu autant de puissance.

La lumière se meure et le communautarisme enfant d'une sur-individualisation en manque de repaire gagne chaque jour du terrain.

Qui a éteint ?

Qu'importe cette question un jour très lointain l'histoire le dira , la question est surtout où sont ceux qui vont la rallumer . Surement pas ceux que vous citer qui ne sont que pale lueur et ne guide pas même leurs propre pas. Un grand "homme" a venir, un guide ? Peut-être, ou alors et ce que j'espère, un courant de pensé , un mouvement de gens qui en on marre de se faire signifier d'être sérieux quand l'affaire est religieuse.



Hubocongo

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

​UIPP - 31/01/2020

Etiquettes - 23/01/2020

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

​Juste - 05/12/2019

​​Vendredi culte - 27/11/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

1 2 3 4 5 » ... 18


Le billet de la semaine

La bonne éducation

On parle beaucoup des violences policières. Beaucoup trop. Et trop en mal surtout. Ainsi, aujourd’hui, dans le conflit sur la réforme du bac. Comment peut-on sous-estimer à ce point l’effet bénéfique du baston pédagogique sur les apprentis rebelles ? La crainte positive suscitée par les bataillons casqués  sur les écrans des réseaux sociaux et des chaînes – éducatives – d’info en continue ? Le 6 décembre 2018, à Mantes-la-Jolie, des dizaines de jeunes de 12 ans et plus, s’étaient retrouvés à genoux mains sur la tête entourés de policiers matraque en main. Un précédent intéressant. Ces dernières semaines, les gardes à vue de lycéens se multiplient, parfois jusqu’à 48 h, dans des locaux glauques. Ainsi peuvent-ils apprendre la vie. Il faut aller plus loin. Pourquoi ne pas déplacer par exemple les heures de colle au commissariat de quartier ? Agissons pour rétablir la chaîne de l’Autorité. Le Président, les maîtres, les pères. Tiens-toi droit à table, mon fils, ou j’appelle la police.

Michel Rouger

13/02/2020

Nono

Newsletter