Vu, Lu, Entendu...

08/04/2019

​Livres : "Les révoltés du Nil" par Mahmoud Hussein




​Livres : "Les révoltés du Nil" par Mahmoud Hussein
Publié chez Grasset, cet ouvrage éclaire la révolution de la place Tahrir lors du "Printemps arabe" de 2011. On le doit à Mahmoud Hussein qui est en fait le pseudo commun de deux écrivains franco égyptiens de 81 et 82 ans, Adel Rifaat et Bahgat El Nadi. Ces deux amis au parcours étonnant, prisonniers politiques sous Nasser, nous révèle le journal La Croix dans son édition du 6 et 7 avril, sont à l’origine d’importants ouvrages, toujours écrits à quatre mains, sur la philosophie politique et la tradition islamique. Notamment, une lecture éclairée de l’interprétation du Coran pour mieux comprendre l’Islam : « Al Sira, le prophète de l’islam raconté par ses compagnons » et plus récemment : « Penser le Coran » et « Ce que le Coran dit » toujours chez Grasset. 

Jean-Luc Poussier

Les révoltés du Nil, 
Editions Grasset, 480 pages, 23.00 € (livre numérique : 15.99 €)



Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono