Le billet

06/12/2017

​Lire



Vous voici en train de lire un articulet de 164 mots. Une chose impossible pour l'aveugle ou mal voyant, l'illettré, le rétif à l'école, le Français venu d'ailleurs... Des millions de gens. Ils ne perdent pas grand chose, direz-vous. Certes. Mais le poème, le conte, le roman, le pamphlet, l'enquête, tous ces mots qui nourrissent l'imaginaire, la pensée critique... Lire est le début de la liberté. Alors, au moment où les réseaux sociaux dits modernes formatent des phrases et des esprits infiniment petits, alors qu'une étude internationale a confirmé mardi la dramatique aggravation du niveau de lecture en CM1, il est réjouissant de voir apparaître un livre pour enfant multipliant les outils pour rendre l'histoire accessible à tous les parents : l'aveugle, l'illettré, le rétif à l'école, le Français venu d'ailleurs... Publié par Histoires Ordinaires, « Deux petites notes » est l'œuvre d'un collectif de  bénévoles, de pédagogues principalement, engagés depuis plus de deux ans sur ce projet. Derrière le livre, une belle histoire.

Michel Rouger

lire.mp3 Lire.mp3  (1.78 Mo)




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires