Le billet

​La brute


10/05/2018




Le plus dangereux preneur d'otages du monde a encore frappé.  Dans son camouflage de clown mimant les terroristes du Bataclan, Trump retient avec sa puissance de feu considérable les 82 millions d'Iraniens, effraie tous les peuples du Moyen-Orient, angoisse les salariés des entreprises occidentales qu'il a mis aussi en joue. Entouré de la bande de faucons qui ont fait des États-Unis un pays toujours en guerre, combien de morts peut-il mettre à son actif ? Mieux que Bush ? Il n'ira sans doute pas, heureusement, jusqu'à menacer la petite Arménie. Ses trois millions d'habitants emmenés par Nikol Pachinian, viennent pourtant de réussir une révolution non-violente, une vraie provocation. Mais ça, c'est le terrain de chasse de la bande à Poutine.

Michel Rouger

2018_05_11_la_brute.mp3 2018 05 11 La brute.mp3  (1.28 Mo)





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Chaussée glissante - 15/11/2018

Les vieux - 16/10/2018

​Quartier sensible - 04/10/2018

​L'œuf - 27/09/2018

​Le vieux Marcheur - 20/09/2018

Le changement - 06/09/2018

Un été français - 16/07/2018

​Patronat - 05/07/2018

​Buuuuuut ! - 27/06/2018

​Naufrage - 21/06/2018

Dingue - 15/06/2018

Handicap - 06/06/2018

​Escalades - 31/05/2018

Niche - 25/05/2018

Les résistants - 17/05/2018

Écrivez - 29/04/2018

​Bibi le bourreau - 26/04/2018

​Coucou - 11/04/2018

​Brexit breizh - 22/03/2018

1 2 3 4 5 » ... 16


Le billet de la semaine

Chaussée glissante

Samedi 17 novembre. Sur les routes françaises, des tas de gilets jaunes. Encore un dérapage monstre. Mais comment est-ce possible ? Absence de prévention, on en revient toujours là. Pourquoi tant de gens doivent-ils se taper une heure de voiture matin et soir pour bosser ? Pourquoi, 45 ans après la première crise pétrolière, la bagnole avale-t-elle autant de leur smic ? Pourquoi doivent-ils aller si loin de leur boulot pour pouvoir se loger ? Pourquoi tant de changements d'employeur ? Pourquoi tant de territoires ruraux en perdition ? La route est en fait pavée d'inégalités qui s'aggravent depuis des décennies. Les socialistes ont roulé à droite et sont allés dans le décor. Ce gouvernement fonce encore davantage dans la même direction. Pas de visibilité, pas de vision. Alors reviennent les réflexes ancestraux anti-taxes et les charlatans de la politique. Un jour, ils distribuent des bonnets rouges, un autre des gilets jaunes en versant de l'huile sur la chaussée. 

Michel Rouger

15/11/2018

Nono

Newsletter