Le billet

28/02/2018

​L'inconnu express



Sans crier gare, la réforme à grande vitesse de la SNCF est partie lundi matin vers l'inconnu. Les deux machinistes Emmanuel et Edouard activent la chaudière sans trop savoir s'ils pourront échapper en route aux syndicats prêts à bloquer le convoi. Mais surtout, personne ne connaît la destination. S'agira-t-il d'un meilleur service, un train ponctuel et accessible à tous ? Pour nos deux machinistes et les aiguilleurs de l'Union européenne, sans doute peu importe. Leurs priorités sont ailleurs. Que le convoi lâche les wagons de dettes entassées par le tout TGV. Qu'il carbure à la rentabilité, à la concurrence et à la précarité des personnels. Que les services publics nationaux soient dirigés vers la voie de garage. Que la fantastique locomotive libérale ait maintenant le monopole du rail. Ne va-t-elle pas laisser sur le quai le droit universel à se déplacer ? C'est un risque. Surtout qu'au bout de l'inconnu, ce voyage semble pour longtemps sans retour.

Michel Rouger



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​Condamnés - 02/03/2021

​Les Martiens - 24/02/2021

Chocolat - 17/02/2021

Chaud-froid - 10/02/2021

​Désobéir - 27/01/2021

​Séparatisme - 19/01/2021

​Les Réseaux - 14/01/2021

Les artistes - 17/12/2020

​Climat(s) - 10/12/2020

​Capitalisme bio - 03/12/2020

​Essentiel - 26/11/2020

​? - 05/11/2020

​Ok, c'est bon... - 30/10/2020

​Democratic Circus - 14/10/2020

​Stop - SUVisme - 08/10/2020

1 2 3 4 5 » ... 23






Le billet de la semaine

​Les Martiens


« Nous y sommes ! Nous voilà ! », a tweeté Emmanuel Macron. Où donc ? C’était le jeudi 18 février peu avant 22 h. Le président français semblait revenu de Mars avec l’astromobile Perseverance. C’était comme s’il avait planté notre drapeau là-bas. Certes, il se trouvait devant un écran mais c’est l’imaginaire qui compte. Quel voyage ! L’homme (moins la femme) sera toujours ainsi à la conquête de l’extrême, des sommets aux abysses, la chevauchée la plus fantastique restant bien sûr la Conquête de l’Ouest. Car notre trip vers Mars semble au XXIe ce que la Ruée vers l’or fut au XIXe. La Starship, la fusée d’Elon Musk, le fantasque milliardaire, est notre cheval. Musk ne pourra pas envoyer des humains sur la Planète Rouge avant longtemps mais peu importe. Le principal est comment exploiter Mars, comment faire du business. Et comment rendre supportable l’insupportable. Oublier la Terre qui se déglingue. Quoi qu’il en coûte. Une chose est certaine : de la planète humaine, tous les Musk du monde ont déjà décollé. 

Michel Rouger
les_martiens.mp3 Les martiens.mp3  (1.15 Mo)


24/02/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires