Le billet

29/03/2018

​Grogne chez les bébés



Le Président a décidé de rendre l'école obligatoire à 3 ans pour lutter contre « les inégalités profondes ». Une décision révolutionnaire puisque que 2,4 % des petits Français ne sont toujours pas scolarisés à cet âge-là. Pourtant, dans un climat social déjà pesant, la grogne monte chez les bébés. « Non à l'école qu'on voit chez les grands ! », scandent-ils. A l'école qui prend les têtes pour des entonnoirs, note, évalue, sanctionne, sélectionne quelques-uns et exclut tous les autres. Ils réclament une école qui aime et sollicite leurs intelligences diverses, les encourage tous. Bref, ils ne veulent plus de ces « inégalités profondes » qui fatiguent aussi leurs parents brutalisés par le travail ou le chômage. Des petites et fortes têtes réclament carrément un changement de société ! Veulent bousculer ces pouvoirs qui, de de Gaulle à Macron, réforment souvent pour ne rien changer. Certains, dit-on, rêvent même de refaire le mai 68 que leur racontent leurs papis, mamies et arrière-grands-mamans.

Michel Rouger

grogne.mp3 GROGNE.mp3  (1.7 Mo)




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires