Le billet

​Grogne chez les bébés


29/03/2018




Le Président a décidé de rendre l'école obligatoire à 3 ans pour lutter contre « les inégalités profondes ». Une décision révolutionnaire puisque que 2,4 % des petits Français ne sont toujours pas scolarisés à cet âge-là. Pourtant, dans un climat social déjà pesant, la grogne monte chez les bébés. « Non à l'école qu'on voit chez les grands ! », scandent-ils. A l'école qui prend les têtes pour des entonnoirs, note, évalue, sanctionne, sélectionne quelques-uns et exclut tous les autres. Ils réclament une école qui aime et sollicite leurs intelligences diverses, les encourage tous. Bref, ils ne veulent plus de ces « inégalités profondes » qui fatiguent aussi leurs parents brutalisés par le travail ou le chômage. Des petites et fortes têtes réclament carrément un changement de société ! Veulent bousculer ces pouvoirs qui, de de Gaulle à Macron, réforment souvent pour ne rien changer. Certains, dit-on, rêvent même de refaire le mai 68 que leur racontent leurs papis, mamies et arrière-grands-mamans.

Michel Rouger

grogne.mp3 GROGNE.mp3  (1.7 Mo)





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Un été français - 16/07/2018

​Patronat - 05/07/2018

​Buuuuuut ! - 27/06/2018

​Naufrage - 21/06/2018

Dingue - 15/06/2018

Handicap - 06/06/2018

​Escalades - 31/05/2018

Niche - 25/05/2018

Les résistants - 17/05/2018

​La brute - 10/05/2018

Écrivez - 29/04/2018

​Bibi le bourreau - 26/04/2018

​Coucou - 11/04/2018

​Brexit breizh - 22/03/2018

Une farce tragique - 15/03/2018

Esclaves - 08/03/2018

​L'inconnu express - 28/02/2018

​Non - 22/02/2018

​Chers ghettos - 15/02/2018

​A la noix - 08/02/2018

​Président Et-Et - 25/01/2018

1 2 3 4 5 » ... 15


Le billet de la semaine

Un été français

Comment ça va à la maison ? Nous, on n'oubliera pas nos vacances en France ! La Coupe du Monde a provoqué une euphorie incroyable. Oubliée la France qui broie du noir, chipote, râle, proteste contre le foot-business et le reste Des gamins de banlieue devenus grands ont fait un miracle. Ils ont uni le pays. Tout d'un coup, des jeunes Noirs nés dans des quartiers décriés sont devenus Français. A Moscou, au nom de tout le pays et pour la fierté ainsi rendue, le président les a embrassés un à un, mouillant sa chemise en glissant à chacun un petit mot : « Dis à tes copains que je ressors le grand plan pour les banlieues », « Moi aussi, je vais jouer maintenant collectif », etc. On nous a dit que la France avait déjà vécu cette euphorie il y a vingt ans, en 1998. En juillet, elle était devenue soudain « black-blanc-beur » En septembre c'était fini. Pas grave, nous, on sera rentrés. C'était un grand moment.  

Michel Rouger

16/07/2018

Nono










Newsletter