Le billet

​Grogne chez les bébés


29/03/2018




Le Président a décidé de rendre l'école obligatoire à 3 ans pour lutter contre « les inégalités profondes ». Une décision révolutionnaire puisque que 2,4 % des petits Français ne sont toujours pas scolarisés à cet âge-là. Pourtant, dans un climat social déjà pesant, la grogne monte chez les bébés. « Non à l'école qu'on voit chez les grands ! », scandent-ils. A l'école qui prend les têtes pour des entonnoirs, note, évalue, sanctionne, sélectionne quelques-uns et exclut tous les autres. Ils réclament une école qui aime et sollicite leurs intelligences diverses, les encourage tous. Bref, ils ne veulent plus de ces « inégalités profondes » qui fatiguent aussi leurs parents brutalisés par le travail ou le chômage. Des petites et fortes têtes réclament carrément un changement de société ! Veulent bousculer ces pouvoirs qui, de de Gaulle à Macron, réforment souvent pour ne rien changer. Certains, dit-on, rêvent même de refaire le mai 68 que leur racontent leurs papis, mamies et arrière-grands-mamans.

Michel Rouger

grogne.mp3 GROGNE.mp3  (1.7 Mo)





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Les vieux - 16/10/2018

​Quartier sensible - 04/10/2018

​L'œuf - 27/09/2018

​Le vieux Marcheur - 20/09/2018

Le changement - 06/09/2018

Un été français - 16/07/2018

​Patronat - 05/07/2018

​Buuuuuut ! - 27/06/2018

​Naufrage - 21/06/2018

Dingue - 15/06/2018

Handicap - 06/06/2018

​Escalades - 31/05/2018

Niche - 25/05/2018

Les résistants - 17/05/2018

​La brute - 10/05/2018

Écrivez - 29/04/2018

​Bibi le bourreau - 26/04/2018

​Coucou - 11/04/2018

​Brexit breizh - 22/03/2018

Une farce tragique - 15/03/2018

Esclaves - 08/03/2018

1 2 3 4 5 » ... 16


Le billet de la semaine

Les vieux

Papy Michel (Drucker), 76 ans, publie 286 pages "pour rester jeune" tout en attaquant de nouveau le "jeunisme ambiant". N'y a-t-il pas là une sorte d'antilogie, pourrait chuinter notre académicien chenu Valéry Giscard, 92 ans ? Prétendre rester jeune quand on est vieux, n'est-ce pas du jeunisme ? En fait, Papy s'accroche, vieille histoire. Brassens lui a pourtant dit que le temps ne fait rien à l'affaire : quand on est, on est. Et surtout pas être et avoir été. Au demeurant, on peut être vieux et dans le vent : face à la dictature de l'instant, ne fait-on pas aujourd'hui l'éloge de la lenteur, l'atout majeur des vieux ? Donc, rester gaillard mais lent, engagé mais lent. Marcher le pas lent ralentit le temps. Pourquoi courir, pédaler, sauter, pour  « mourir jeune », le pire ? Non, plutôt être vieux. Mourir très vieux. Au final, même, « les vieux ne meurent pas, ils s'endorment un jour... », comme chantait Brel mort trop jeune il y a 40 ans ce mois-ci. Déjà. Comme le temps passe.

Michel Rouger

16/10/2018

Nono

Newsletter