Le billet

31/05/2018

​Escalades



Sitôt après avoir vu un jeune Africain sans papier escalader  quatre étages pour sauver un petit Français, des personnalités de tous bords, chef de l'État en tête, ont, par un geste réflexe, grimpé quatre à quatre l'échelle de l'hypocrisie. Pourchassé le matin, Mamoudou Gassama est devenu un héros le soir. Promis à l'expulsion ou à galérer des années pour pouvoir vivre parmi nous, le voilà bientôt Français, le graal colonial pour l'Africain. La bravoure de Mamoudou Gassama était pourtant connue : il a quitté les siens et pris la route, défié la mort pour traverser le désert et la mer, encaissé la violence des passeurs, escaladé les murailles de la forteresse Europe, celles de la police et des mentalités. C'est la bravoure de tous les migrants. Ceux que le pouvoir français rejette comme jamais, ceux que l'on aperçoit suspendus au-dessus de l'abîme et qu'on laisse tomber. 

Michel Rouger

2018_05_31_escalades.mp3 2018 05 31 Escalades.mp3  (1.51 Mo)






1.Posté par turquety anne-marie le 31/05/2018 22:42
Merci Michel,. C'est vraiment ce que je pense aussi..

2.Posté par Mouillé le 03/06/2018 05:23
J'ai mal à ma France

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires