Le billet

​Escalades


31/05/2018




Sitôt après avoir vu un jeune Africain sans papier escalader  quatre étages pour sauver un petit Français, des personnalités de tous bords, chef de l'État en tête, ont, par un geste réflexe, grimpé quatre à quatre l'échelle de l'hypocrisie. Pourchassé le matin, Mamoudou Gassama est devenu un héros le soir. Promis à l'expulsion ou à galérer des années pour pouvoir vivre parmi nous, le voilà bientôt Français, le graal colonial pour l'Africain. La bravoure de Mamoudou Gassama était pourtant connue : il a quitté les siens et pris la route, défié la mort pour traverser le désert et la mer, encaissé la violence des passeurs, escaladé les murailles de la forteresse Europe, celles de la police et des mentalités. C'est la bravoure de tous les migrants. Ceux que le pouvoir français rejette comme jamais, ceux que l'on aperçoit suspendus au-dessus de l'abîme et qu'on laisse tomber. 

Michel Rouger

2018_05_31_escalades.mp3 2018 05 31 Escalades.mp3  (1.51 Mo)






1.Posté par turquety anne-marie le 31/05/2018 22:42
Merci Michel,. C'est vraiment ce que je pense aussi..

2.Posté par Mouillé le 03/06/2018 05:23
J'ai mal à ma France

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Dingue - 15/06/2018

Handicap - 06/06/2018

Niche - 25/05/2018

Les résistants - 17/05/2018

​La brute - 10/05/2018

Écrivez - 29/04/2018

​Bibi le bourreau - 26/04/2018

​Coucou - 11/04/2018

​Brexit breizh - 22/03/2018

Une farce tragique - 15/03/2018

Esclaves - 08/03/2018

​L'inconnu express - 28/02/2018

​Non - 22/02/2018

​Chers ghettos - 15/02/2018

​A la noix - 08/02/2018

​Président Et-Et - 25/01/2018

L'automobiliste - 11/01/2018

​On y croit - 04/01/2018

8 - 20/12/2017

​Lire - 06/12/2017

1 2 3 4 5 » ... 15


Le billet de la semaine

Dingue

« On met un pognon de dingue dans les minima sociaux et les gens ne s’en sortent pas ! », a pesté mardi Emmanuel Macron dans une vidéo diffusée par l'Elysée le montrant en réunion de travail. Comment c'est qu'il cause, maintenant, not'Jupiter ? La vidéo ne dit pas tout. « On ne mettra pas un radis de plus, aurait-il ajouté, on a déjà lâché un pognon de dingue aux riches pour des clous, pas question de pisser encore dans un violon... » Etc. Etc. Que retenir surtout de cette scène  ? On ne sait pas par quel magie le Président va améliorer le sort des pauvres sans dépenser plus alors que 30 à 50 % des aides ne sont pas utilisées par ceux qui y ont droit. Mais le message est ailleurs. Voyez comme le Président est simple, il parle mal, il ne peut pas être le "président des riches". Le bas peuple y sera-t-il sensible ? Pas sûr. La com' est un truc de dingue. Et qui coûte un peu trop de pognon. 

Michel Rouger

15/06/2018

Nono










Newsletter