Le billet

​Escalades


31/05/2018




Sitôt après avoir vu un jeune Africain sans papier escalader  quatre étages pour sauver un petit Français, des personnalités de tous bords, chef de l'État en tête, ont, par un geste réflexe, grimpé quatre à quatre l'échelle de l'hypocrisie. Pourchassé le matin, Mamoudou Gassama est devenu un héros le soir. Promis à l'expulsion ou à galérer des années pour pouvoir vivre parmi nous, le voilà bientôt Français, le graal colonial pour l'Africain. La bravoure de Mamoudou Gassama était pourtant connue : il a quitté les siens et pris la route, défié la mort pour traverser le désert et la mer, encaissé la violence des passeurs, escaladé les murailles de la forteresse Europe, celles de la police et des mentalités. C'est la bravoure de tous les migrants. Ceux que le pouvoir français rejette comme jamais, ceux que l'on aperçoit suspendus au-dessus de l'abîme et qu'on laisse tomber. 

Michel Rouger

2018_05_31_escalades.mp3 2018 05 31 Escalades.mp3  (1.51 Mo)







1.Posté par turquety anne-marie le 31/05/2018 22:42
Merci Michel,. C'est vraiment ce que je pense aussi..

2.Posté par Mouillé le 03/06/2018 05:23
J'ai mal à ma France

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Un été français - 16/07/2018

​Patronat - 05/07/2018

​Buuuuuut ! - 27/06/2018

​Naufrage - 21/06/2018

Dingue - 15/06/2018

Handicap - 06/06/2018

Niche - 25/05/2018

Les résistants - 17/05/2018

​La brute - 10/05/2018

Écrivez - 29/04/2018

​Bibi le bourreau - 26/04/2018

​Coucou - 11/04/2018

​Brexit breizh - 22/03/2018

Une farce tragique - 15/03/2018

Esclaves - 08/03/2018

​L'inconnu express - 28/02/2018

​Non - 22/02/2018

​Chers ghettos - 15/02/2018

​A la noix - 08/02/2018

​Président Et-Et - 25/01/2018

1 2 3 4 5 » ... 15


Le billet de la semaine

Un été français

Comment ça va à la maison ? Nous, on n'oubliera pas nos vacances en France ! La Coupe du Monde a provoqué une euphorie incroyable. Oubliée la France qui broie du noir, chipote, râle, proteste contre le foot-business et le reste Des gamins de banlieue devenus grands ont fait un miracle. Ils ont uni le pays. Tout d'un coup, des jeunes Noirs nés dans des quartiers décriés sont devenus Français. A Moscou, au nom de tout le pays et pour la fierté ainsi rendue, le président les a embrassés un à un, mouillant sa chemise en glissant à chacun un petit mot : « Dis à tes copains que je ressors le grand plan pour les banlieues », « Moi aussi, je vais jouer maintenant collectif », etc. On nous a dit que la France avait déjà vécu cette euphorie il y a vingt ans, en 1998. En juillet, elle était devenue soudain « black-blanc-beur » En septembre c'était fini. Pas grave, nous, on sera rentrés. C'était un grand moment.  

Michel Rouger

16/07/2018

Nono










Newsletter