Le billet

​Escalades


31/05/2018




Sitôt après avoir vu un jeune Africain sans papier escalader  quatre étages pour sauver un petit Français, des personnalités de tous bords, chef de l'État en tête, ont, par un geste réflexe, grimpé quatre à quatre l'échelle de l'hypocrisie. Pourchassé le matin, Mamoudou Gassama est devenu un héros le soir. Promis à l'expulsion ou à galérer des années pour pouvoir vivre parmi nous, le voilà bientôt Français, le graal colonial pour l'Africain. La bravoure de Mamoudou Gassama était pourtant connue : il a quitté les siens et pris la route, défié la mort pour traverser le désert et la mer, encaissé la violence des passeurs, escaladé les murailles de la forteresse Europe, celles de la police et des mentalités. C'est la bravoure de tous les migrants. Ceux que le pouvoir français rejette comme jamais, ceux que l'on aperçoit suspendus au-dessus de l'abîme et qu'on laisse tomber. 

Michel Rouger

2018_05_31_escalades.mp3 2018 05 31 Escalades.mp3  (1.51 Mo)







1.Posté par turquety anne-marie le 31/05/2018 22:42
Merci Michel,. C'est vraiment ce que je pense aussi..

2.Posté par Mouillé le 03/06/2018 05:23
J'ai mal à ma France

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

​UIPP - 31/01/2020

Etiquettes - 23/01/2020

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

​Juste - 05/12/2019

​​Vendredi culte - 27/11/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

1 2 3 4 5 » ... 18


Le billet de la semaine

La bonne éducation

On parle beaucoup des violences policières. Beaucoup trop. Et trop en mal surtout. Ainsi, aujourd’hui, dans le conflit sur la réforme du bac. Comment peut-on sous-estimer à ce point l’effet bénéfique du baston pédagogique sur les apprentis rebelles ? La crainte positive suscitée par les bataillons casqués  sur les écrans des réseaux sociaux et des chaînes – éducatives – d’info en continue ? Le 6 décembre 2018, à Mantes-la-Jolie, des dizaines de jeunes de 12 ans et plus, s’étaient retrouvés à genoux mains sur la tête entourés de policiers matraque en main. Un précédent intéressant. Ces dernières semaines, les gardes à vue de lycéens se multiplient, parfois jusqu’à 48 h, dans des locaux glauques. Ainsi peuvent-ils apprendre la vie. Il faut aller plus loin. Pourquoi ne pas déplacer par exemple les heures de colle au commissariat de quartier ? Agissons pour rétablir la chaîne de l’Autorité. Le Président, les maîtres, les pères. Tiens-toi droit à table, mon fils, ou j’appelle la police.

Michel Rouger

13/02/2020

Nono

Newsletter