Le billet

​Demain, l'exclusion


07/09/2017




Jusqu'ici, les gouvernements en faisaient - au moins hypocritement - une priorité. C'est fini. Avec la présidence Macron s'achève la lutte contre l'exclusion. Dès cette première rentrée du nouveau pouvoir, des salariés se retrouvent dehors, des services ne sont plus rendus : la réduction brutale des contrats aidés brise des espoirs de réinsertion et frappe des besoins sociaux essentiels. Les associations, déjà affaiblies par la réduction des budgets municipaux, vont continuer à lutter. Une pétition circule. Rien n'y fera. L'avenir, c'est d'adapter les gens aux « emplois normaux » que les ordonnances vont rendre plus précaires. L'avenir est à l'exclusion. Et à la fortune dont l'impôt baisse. L'avenir est à l'aumône. Après la baisse des APL, le Président a d'ailleurs lui-même fait la quête mardi auprès des propriétaires. 

Michel Rouger

2017_09_04_demain_l__exclusion.mp3 2017 09 04 Demain l'Exclusion.mp3  (1.55 Mo)






1.Posté par goupil le 07/09/2017 11:23
Hélas! bien vu, Michel.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​Non - 22/02/2018

​Chers ghettos - 15/02/2018

​A la noix - 08/02/2018

​Président Et-Et - 25/01/2018

L'automobiliste - 11/01/2018

​On y croit - 04/01/2018

8 - 20/12/2017

​Lire - 06/12/2017

Tais-toi et marche - 23/11/2017

​Abysses - 16/11/2017

​Crac(s) - 09/11/2017

​Le beurre - 02/11/2017

​Peste moderne - 19/10/2017

Visionnaire - 12/10/2017

​Murs sanglants - 04/10/2017

​Du Bâtiment - 28/09/2017

Ensemble - 13/09/2017

Réformes - 31/08/2017

Notre Dame de France - 09/08/2017

L'écharde - 03/08/2017

1 2 3 4 5 » ... 14


Le billet de la semaine

​Non

La Ghouta orientale. « L'enfer sur terre », dit Antonio Guterres, le secrétaire général de l'Onu. « Un autre Srebenica », alerte The Guardian, le quotidien britannque. Un carnage. Mais il a lieu en Syrie et comme en Bosnie hier, comme en Afghanistan, en Somalie, au Kivu ou au Yemen aujourd'hui, plus ça dure, plus c'est dur d'assister continûment au massacre des enfants et au renoncement des puissances. Alors l'envie vient de singer les singes de la sagesse. Rien voir, rien entendre, rien dire. Fuir. Oublier les guerres, les injustices, les périls. Consommer, communiquer, courir les émotions factices du siècle. Étouffer la voix intérieure. Mais cette voix reste là, constante, ardente. Non. Car il n'y a pas de bonheur sans elle. Et pas de liberté, d'humanité, sans s'indigner. Toujours.

Michel Rouger

22/02/2018

Nono










Newsletter