Le billet

​Commun, commune


27/02/2020




Vive l’armée… des candidats et candidates aux élections municipales. Ils sont près d'un million, très officiellement 902 465, engagés volontaires dans les quelque 35 000 communes que compte encore la France nonobstant les regroupements. Tous ces visages qui s’affichent dans la presse locale montrent, bien davantage que ceux des députés, la France réelle. On y devine des figurants, des  courtisans, des arrivistes, des Balkany de comédie, mais on y reconnaît surtout des gens de bonne volonté qui veulent améliorer la vie des citoyens de leur commune. Commune. Ce mot chargé de sens et d’histoire mais devenu banalisé, trop commun comme l’on dit. Alors que nos sociétés individualistes s’interrogent et réinventent « Les communs », élire les conseillers de la commune reste sûrement l’un des plus importants gestes citoyens.

Michel Rouger





1.Posté par Bouju le 06/03/2020 12:24
j'aime ce billet qui donne toute leur place aux gens de bonne volonté, à la fois le terreau des moissons riches et le sel de la terre! merci

2.Posté par Pierre-Yves JAN le 06/03/2020 17:50
Tout à fait d'accord.
Les 500 000 élu-es locaux en France, la plupart sans aucune indemnité, attestent d'une citoyenneté de proximité et se soucient de la gestion de nos caisses communales et communautaires. Pas à pas, au jour le jour, pour des petites choses. Mais le temps de la déconsidération du petit, du micro, du nano...semble passé, d'autant que les grandes politiques descendantes sont en échec.
Mieux : les communes étant à l'origine de la démocratie (ne plus subir le pouvoir de l’évêque ou du seigneur en se confiant entre pairs des charges élues et temporaires d'échevin, de syndic, de prévot, de maire...) elles sont une ressource sans frontières pour refonder la démocratie de demain.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

​UIPP - 31/01/2020

Etiquettes - 23/01/2020

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

​Juste - 05/12/2019

​​Vendredi culte - 27/11/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

1 2 3 4 5 » ... 18


Le billet de la semaine

L'oiseau

Dans sa cage, l’homme regarde l’oiseau. Et l’oiseau regarde l’homme. Soudain, l’oiseau s’envole. Il file vers la plage, se pose à un mètre d’un CRS qui contemple la mer, guette un confiné évadé ou songe aux Gilets Jaunes qu’il blessait l’an dernier. L’oiseau reprend son vol. Il voit l’agitation aux portes de l’hôpital, une soignante adossée au mur, épuisée, accablée. Aperçoit dans les rues vides un livreur, des éboueurs, une caissière derrière une vitre, un petit peuple qui assure la survie. Il survole des cages avec de grands jardins et d’autres empilées, entassées. Curieux humains qui s’accommodent des inégalités et font preuve de solidarités. Puis il croise d’autres oiseaux. Ils chantent de nouveau dans la ville. Une femme à son balcon les observe et sourit, protectrice. L’oiseau revient. Il retrouve l’homme dans sa cage. « Alors ? », demande l’homme. « Il faut tout changer », répond l’oiseau. L’homme se lève enfin : «  Oui, on va tout changer. »

Michel Rouger

26/03/2020

Nono

Newsletter